Archer Recap : Fête comme si c’était en 1999

Rate this post

Résumé

« Bort the Garj » réinvente l’ancien casting en tant qu’équipage d’un vaisseau spatial avec une énergie créative renouvelée.

Ce récapitulatif Archer: 1999 Episode 1 pour l’épisode intitulé « Bort the Garj » contient des spoilers. Vous pouvez consulter nos réflexions sur la saison précédente en en cliquant sur ces mots.


À ce stade, le cycle de vie de Archer est difficile à suivre; une fusion autrefois inégalée de thriller d’espionnage et de sitcom en milieu de travail, l’idée démente d’Adam Reed a depuis traversé tant de réimaginations drastiques et loufoques que Archer : 1999, qui réintroduit l’ancien casting en tant que récupérateurs spatiaux, semble être une prochaine étape logique plutôt qu’un réoutillage complet. Là encore, tout cela fait partie de l’appel. Le spectacle a toujours ravi de nettoyer l’ardoise tout en conservant les blagues courantes et la dynamique que les fans adorent; en utilisant le dispositif de cadrage d’un Archer comateux (H. Jon Benjamin) comme excuse pour se livrer à des pastiches de genre thématiques, en commençant par un noir des années 50 et en passant à une série d’aventures pulpeuses, l’espace, à ce stade, semble à peu près correct.

Et il y a une toute nouvelle série de tropes de genre et de propriétés emblématiques à riffer maintenant, de Battlestar Galactica à Luciole et Extraterrestre. Mais « Bort the Garj » établit rapidement que Archer : 1999 a laissé la dynamique agitée habituelle pour la plupart intacte, malgré quelques changements attendus des personnages. Cheryl Tunt (Judy Greer) est maintenant une as pilote de chasse, ennuyée par sa propre expertise. Pam (Amber Nash) est maintenant un monstre rock géant, essentiellement une incarnation physique de sa personnalité habituelle. Le docteur Krieger (Lucky Yates) est un robot en quête d’humanité ; tandis que Malory Archer (Jessica Walter), Cyril Figgis (Chris Parnell) et Lana Kane (Aisha Tyler) remplissent des rôles similaires comme ils l’ont toujours fait – principalement en compétition pour les affections de Lana et ennuyés par Sterling.

Cette vanité de science-fiction – et un format épisodique plus explicite – est clairement bonne pour Archer, lui donnant une gamme de concepts bien usés sur lesquels riffer tout en conservant son dialogue insinuant, sa violence et ses combats à l’épée presque constants entre les acteurs. Les possibilités de la frontière finale sont clairement aussi excitantes pour les créateurs et les scénaristes de la série que pour le public, et cette bouffée d’enthousiasme est exactement ce dont la série avait besoin alors qu’il semblait que son efficacité diminuait. Avec d’autres aventures spatiales idiotes à venir, les possibilités de Archer : 1999 sont aussi illimitées que la vaste étendue de son environnement.

HDFever
Logo