Avis Candyman – il n’y a rien de sucré ici

Rate this post

Résumé

Une occasion manquée qui est partout tonalement et profondément insatisfaisante.

Il me sera impossible de revoir le nouveau Candyman film sans faire référence à l’original. Le film d’horreur classique de 1992, basé sur une histoire de Clive Barker, est toujours un film assez fort, et qui apparaît généralement dans de nombreuses listes de fans de films d’horreur. Le mélange de mythe urbain et de cadre de vie réel pertinent constitue toujours une excellente toile de fond, et l’original Candyman utilise un domaine de grande hauteur, Cabrini Green à Chicago, à bon escient, brouillant la frontière entre mythe et réalité pour quiconque est familier avec ce genre de cadre.

Une configuration intéressante dans le premier film trouve notre chef de file Helen Lyle plongeant dans le folklore de la légende de Candyman, entraînant le spectateur dans une montagne russe terrifiante d’événements avec des images et des décors vraiment dérangeants. Cependant, le remake, qui suit d’assez près les événements du premier film, ne trouve nulle part près de l’intrigue et de l’horreur de l’original, retombant plutôt dans les tropes et les clichés.

C’est peut-être injuste de comparer les deux, mais avec un film comme Candyman, ça va toujours arriver, surtout quand on ne peut même pas prendre la peine de changer le titre du premier.

C’est définitivement une suite, car les événements du premier film sont récapitulés et référencés à l’infini, mais cela tombe dans le même camp que La brigade suicide. Est-ce une vraie suite ? Est-ce une réinvention ? Est-ce un redémarrage ? Plus important encore, cela nous donne-t-il quelque chose de nouveau ou ajoute-t-il au mythe de l’original ? Et malheureusement, cela échoue à tous les niveaux.

L’histoire de Candyman est racontée, à travers l’art du théâtre d’ombres, et c’est exactement la même chose que dans le premier film. Vous invoquez toujours Candyman en disant son nom 5 fois dans un miroir, mais les temps d’attente peuvent varier, et il y a toujours l’idée qu’il y a eu quelques Candymen appelés au service au fil du temps.

Bien sûr, nous avons de nouveaux personnages, mais ils sont tellement bidimensionnels qu’ils touchent à peine la corde sensible du public, et certains rôles sont dans le scénario juste pour qu’ils puissent être assassinés dans la scène suivante, et même certains de ces moments sont dilués.

C’était peut-être un problème de budget, mais il y a énormément de morts ici qui se produisent juste hors de la caméra. C’était peut-être une décision délibérée, mais dans un film d’horreur de ce genre, vous voulez en quelque sorte voir les victimes. Ils nous montrent une partie de l’action, mais un décor horriblement chaussé dans les toilettes d’une école ne sert à rien dans le récit, et ils décident également de ne pas nous montrer le massacre. Vraiment, quel était le but ?

Au dernier acte, nous obtenons une répétition du premier film avec Candyman mettant en place un personnage pour qu’il tombe pour sa série de meurtres. L’écriture ici est devenue si paresseuse que lorsque nous obtenons une sorte de révélation, il est trop tard pour qu’elle soit d’une grande pertinence et elle passe inaperçue. Ce nouveau Candyman n’a rien de l’effroi et du suspense de son homologue des années 90, tout un exploit en soi, et ajoute très peu à la franchise dans son ensemble.

Ils auraient probablement dû opter pour un remake complet, mais au lieu de cela, cette suite édulcorée est une déception pour les fans de l’original, et n’a probablement pas beaucoup de sens pour ceux qui se sont montrés froids à la fête. Il y a si peu de développement de l’intrigue ou du personnage impliqué qu’il est difficile de s’occuper de toute personne impliquée, et la direction stylisée distrait simplement plutôt qu’elle n’améliore l’action. Ce fut une occasion manquée qui est tonalement partout et profondément insatisfaisante.

Share :

Twitter
Telegram
WhatsApp

Rejoingez la Newsletter

Inscrivez vous à notre newsletter pour ere informé en temps réel des dernieres actu !