‘Bienvenue à Marwen’ | Critique cinématographique

Résumé

Bienvenue à Marwen essaie si fort d’être sans cesse créatif avec son récit animé qu’il devient inégal lorsqu’il oublie de mettre également le même type d’effort dans le scénario réel. Vise à plaire à la foule, mais c’est tout sauf cela. Médiocre.

Bienvenue à Marwen est basé sur l’histoire vraie de Mark Hogencamp (Steve Carrell), un homme qui a été victime d’un crime haineux après avoir dit à cinq hommes qu’il aimait porter des talons hauts pour femmes ; le groupe l’a battu dans le coma parce qu’ils l’ont accusé d’être un travesti. Après avoir passé plus d’un mois à l’hôpital (et un peu moins de deux semaines dans le coma), il est sorti après avoir reçu un diagnostic de lésions cérébrales. Les souvenirs de sa vie personnelle ont disparu, lui ont été enlevés, le laissant seul et ne sachant pas qui il est en tant que personne. Si quelqu’un a déjà eu une excuse pour ne pas se lever le matin, c’est bien lui.

Obsédé par p ********* y, dessinant des images de femmes nues, les femmes qui l’ont aidé individuellement à surmonter sa douleur (Merritt Wever, Janelle Monae, Eliza Gonzalez, Gwendoline Christie) et ses tourments personnels (il a a été noté que Hogencamp n’avait pas d’assurance maladie adéquate pour payer la thérapie), il crée alors une ville miniature dans son arrière-cour appelée Marwen, construisant une ville de la Seconde Guerre mondiale peuplée par les femmes susmentionnées, qui sont constamment attaquées par les nazis (qui représentent les hommes arrêtés et en attente de jugement pour l’avoir battu).

Mark crée une poupée qui se représente nommée Hogie, un capitaine qui tue constamment des soldats ennemis, qui sont protégés par les femmes de Marwen, qui en même temps ne s’approcheront pas de lui car si elles le font, elles seront tuées par une sorcière belge nommée Deja Thoris (exprimée par Diane Kruger). Mark trouve alors une nouvelle muse nommée Nicol, jouée par Leslie Man, qui emménage de l’autre côté de la rue et travaille dans son évasion Marwen.

Marwen a été écrit et réalisé par Robert Zemeckis, obsédé par la technologie, qui donne vie au monde de Hogencamp d’une manière inégale avec son sujet réel. Il n’y a rien de mal à la façon dont le film présente les parties animées qui montrent au public comment Hogie s’immerge pour s’échapper puis se protège du crime de haine dont il a été victime. Le film a une créativité sans fin avec laquelle Zemeckis peut jouer, et il est responsable des effets spéciaux dans des films comme Qui a piégé Roger Rabbit, Retour vers le futur série, et son classique Forrest Gump.

Les séquences animées sont magistralement réalisées, amusantes et imaginatives; pourtant, si la même quantité de temps et d’efforts avait été consacrée au récit réel / humain du scénario, cela aurait pu élever le film en quelque chose qui plaira à la foule. Au lieu de cela, Marwen devient inégale, entraîne tout le film dans un statut intermédiaire et ne s’intègre pas de manière cohérente dans chaque récit pour montrer un processus de guérison cohérent pour tout lier.

Robert Zemeckis a mis en œuvre avec succès l’animation, les effets spéciaux et la technologie moderne dans ses films pour améliorer l’expérience du spectateur avec son travail. Il a peut-être eu un effet indirect et peut être responsable des studios créant autant de films obsédés par les technologies sur un scénario bien écrit, les deux dernières décennies ayant été jonchées de ces types de tentatives infructueuses. Bienvenue à Marwen semble être un exercice dans la technologie utilisée pour créer son récit animé tout en sacrifiant le scénario bien écrit de la vie réelle. Le résultat est trop sentimental, utilisé pour couvrir une écriture creuse, créant un monde faux aussi artificiel que la ville de Marwen Création de Mark Hogancamp.

Portez une attention particulière à la fin du film, avec un clin d’œil sournois à certaines scènes célèbres de certaines des œuvres les plus célèbres de Zemeckis. C’est la partie la plus agréable du film, mais quand la meilleure partie est une répétition ou un hommage à d’autres films, c’est un problème.

HDFever
Logo