Critique du film « Le gamin »

Résumé

le Enfant peut parfois être un western très efficace avec Vincent D’Onofrio apportant une bonne dose d’action brutale et son propre style visuel, mais cela gâche malheureusement les performances de DeHaan et Hawke avec des problèmes de troisième acte qui font que le film boite jusqu’à sa fin.

Il y a eu tellement d’interprétations de la légende de Billy the Kid et des exploits de Pat Garrett. On ne peut s’empêcher de les prendre au sérieux. D’une série de films dirigés par diverses stars hollywoodiennes de l’âge d’or du cinéma à Jeune Pistoletstous sont basés sur de grands contes et sortent comme un mauvais schéma de Ponzi si vous regardez Netflix Le bord saignant, comment l’industrie des dispositifs médicaux base ses engins sur des produits de qualité inférieure. Multiplier le problème par dix. Dans un sens, c’est le problème avec le western historique. Alors, en regardant le nouveau western le Enfant et Ethan Hawke dit: « Peu importe ce qui est vrai, ce qui compte, c’est l’histoire qu’ils racontent quand vous êtes parti », vous feriez bien mieux de profiter de la balade que de rechercher l’exactitude historique du directeur du voyage Vincent D’Onofrio vous embarque.

Le film commence en 1879, avec une scène brutale d’un jeune homme nommé Rio (le nouveau venu Jake Schur) regardant son père battre sa mère à mort. Juste avant qu’elle ne passe, il parvient à lui tirer dessus. Le frère de son père, Grant Cutler (Chris Pratt, qui est couvert d’une épaisse barbe, ce qui est une bonne chose puisqu’il me fait rire à chaque fois que je le vois à l’écran depuis Parcs & Rec), bien sûr, a un problème avec ça, abusant ou non de sa belle-sœur. Dès qu’ils obtiennent une fenêtre pour s’échapper de la maison, Rio et sa sœur (Mortel Moteurs Leila George) décollent avec Oncle Grant à leurs trousses. En cours de route, ils accompagnent le tristement célèbre Billy the Kid (un électrique Dane DeHaan). Avec un mauvais timing, car ils sont acculés dans un hangar par le légendaire (certains pourraient aussi appeler l’infâme) avocat Pat Garrett (Ethan Hawke).

L’enfant est le deuxième long métrage réalisé par l’acteur vétéran Vincent D’Onofrio. Il montre un vrai sens du style visuel et des scènes d’action saisissantes mais brutales qui peuvent être sans compromis. Son approche de la légende (ou du mythe) de Billy, le Kid est nuancée. Avec DeHaan regardant l’âge approprié à l’époque. Même si, incroyablement, il a 33 ans dans la vraie vie. Sa performance est à haute tension. Malheureusement, la performance de Schur est raide, ce qui est compréhensible puisqu’il s’agit de son premier rôle au cinéma. Cela suggérerait qu’un montage plus serré était nécessaire pour couvrir les côtelettes du jeune acteur jusqu’à ce qu’il soit plus aguerri.

Ensuite, il y a Ethan Hawke, qui a connu une renaissance de carrière ces dernières années, avec sa superbe performance l’an dernier dans D’abord Réforméun magnifique tour de soutien dans Juliette, Nuet réalisant l’année dernière Flamber. C’est, croyez-le ou non, son troisième western depuis 2016 (le remake du Magnifique Sept et la brutalité Dans la vallée de la violence). Sa performance en tant que Pat Garrett est bonne. Lui et D’Onofrio dépouillent la légende, montrant les ambiguïtés morales d’être un homme de loi dans le vieil ouest. Sacrifiant souvent des civils comme pions pour attraper son homme.

La faute au film est le scénario d’Andrew Lanham, dont l’intrigue du troisième acte est mince comme du papier depuis le début et parfois artificielle, de manière à ramener le film à la maison pour arriver là où il doit être. Le résultat est un film qui semble plus long que ses 100 minutes qui boite jusqu’à sa fin finale. Bien que le scénario ait de belles répliques, chaque fois que Chris Pratt apparaît à l’écran, il semble jouer le rôle principal dans son premier rôle en tant que véritable méchant. Sans barbe assez épaisse pour dissimuler ses charmes de garçon.

Ensuite, il y a les plaintes que certains ont eues sur le traitement des femmes dans le film. C’est compréhensible, car la plupart des occidentaux utilisent les femmes comme des marchandises et sont jetés de côté sans se soucier de leur disparition éventuelle. Malheureusement, c’est un problème qui ne peut pas être résolu facilement. Étant donné que les femmes étaient honteusement traitées de cette manière, elles avaient très peu de droits et étaient censées avoir des familles. Ou être contraint à ce qui serait aujourd’hui considéré comme un trafic d’êtres humains. Ce n’est pas un problème facile à résoudre. C’est peut-être pour cette raison que le western a eu tant de mal à garder un pied à Hollywood. Le film n’enrobe pas ce traitement. Cela n’offre pas non plus une fin heureuse pour la plupart de ces femmes, seulement une sombre. Cependant, utiliser l’abus des femmes pour améliorer le personnage de Pratt’s Cutler en tant que méchant d’une note est discutable).

le Enfant, le cas échéant, a suffisamment d’attributs positifs pour qu’il puisse valoir la peine d’être regardé par les fans du genre. Tout film prévoyant d’ajouter Ben Dickey à sa distribution montre qu’il avait les bonnes intentions. Je suis ravi de voir ce que D’Onofrio a prévu ensuite. Pourtant, les problèmes du troisième acte du film gâchent les bonnes performances de DeHaan et Hawke. Résultant en une entaille admirable dans l’histoire du genre. Tout simplement pas un hors concours.

HDFever
Logo