Critique du maire de Kingstown – un autre drame austère et macho de Taylor Sheridan

Résumé

Maire de Kingstown est une production de Taylor Sheridan de bout en bout, et bien que ce ne soit pas pour tout le monde, il a toutes les caractéristiques macho auxquelles vous vous attendez et la possibilité de dire quelque chose de significatif sur un sujet complexe.

Cette critique du maire de Kingstown est sans spoiler.


Donné le succès phénoménal de Yellowstone, le scénariste-réalisateur Taylor Sheridan a trouvé son marché. Ou, peut-être plus précisément, son marché l’a trouvé. Sheridan écrit des trucs que les papas aiment depuis toujours, de Sicario, Contre vents et maréeset Rivière du Vent sur grand écran, à ce qui précède Yellowstone sur le petit. Toutes ses affaires sont un retour à une sorte de masculinité stoïque simple qui est tombée en disgrâce de nos jours. J’ai toujours apprécié ses réflexions philosophiques de dur à cuire car plus personne d’autre ne les prodigue vraiment, du moins pas avec la même régularité ni à la même échelle. Yellowstone, une centrale électrique du câble ces jours-ci, était un exercice à Sheridan disant, essentiellement, « Je vais faire ça tout le temps, que cela vous plaise ou non », et son public finit par apprécier son entêtement tandis que d’autres drames ont commencé à régurgiter le mêmes points de discussion sûrs et symboliques. Créé avec Hugh Dillon, Maire de Kingstown est avant tout une autre production de Taylor Sheridan.

C’est à la fois une bonne et une mauvaise chose, selon l’endroit où vous vous situez. Sheridan est le genre d’écrivain à consacrer une grande partie d’un épisode à, disons, un ours au hasard qui n’a rien à voir avec quoi que ce soit, et il y a en effet un peu d’affaires impliquant des ours ici, mais heureusement pas dans la même mesure. Mais il n’est pas non plus du genre à donner des coups de poing dans sa critique du système carcéral américain, même s’il filtre cette critique à travers une famille de réparateurs moralement flexibles qui croient que contourner la loi, mais pas l’enfreindre carrément, est une noble entreprise. Normalement, ce ne serait pas vrai, mais à Kingstown, dans le Michigan, une ville industrielle où l’industrie principale est la prison, il y a probablement un cas à défendre.

Il y a, nous dit-on dans un monologue d’ouverture, sept prisons dans un rayon de 10 milles à Kingstown. Mitch McLusky n’est pas vraiment le maire, mais il pourrait aussi bien l’être puisqu’il contrôle la ville et tout le monde le sait, y compris son frère flic Kyle (Taylor Handley) et sa mère, Mariam (Dianne Wiest), pour qui l’entreprise familiale – héritée du mari de Mariam, semble-t-il – est une source de préoccupation. Mais pour Mike (Jeremy Renner), c’est presque une vocation. Il a lui-même un passé un peu louche, donc l’opportunité de faire un travail malhonnête pour des raisons honnêtes est convaincante. Et puis, de son propre aveu, il ne saurait partir.

Il y a un équilibre délicat à Kingstown entre les gangs locaux, les forces de l’ordre, les prisons et leurs détenus ; les McLusky aident à maintenir cet équilibre en faisant des faveurs, dont la plupart impliquent de faire des allers-retours, faisant de l’incarcération plus un léger inconvénient qu’une punition légitime. La plupart des personnalités les plus puissantes de la ville, y compris Milo d’Aidan Gillen, dont le nom est constamment contrôlé, sont derrière les barreaux. La ville est un délicat écosystème d’illégalité, et tout le monde a un doigt dans un gâteau ou un autre. Le travail de Mike est d’empêcher ces doigts de se brûler.

Vous pouvez dire que Sheridan est fasciné par ce qu’il a créé en Mike, un résolveur de problèmes avec un costume et une cravate qui est également susceptible de vitrer quelqu’un à tout moment. Vous obtenez le meilleur des deux mondes avec lui; le type vendeur qui tire les ficelles et le dur à cuire de la vieille école en un. Renner est parfaitement casté. Il n’a pas la sagesse vieillie et battue par les intempéries que Kevin Costner apporte à Yellowstonemais Maire de Kingstown ne lui demande pas de sagesse. Il a le charisme, le physique et la grimace pour répondre à toutes les exigences du scénario parfois flou de Sheridan, qui peut s’enliser un peu dans le procéduralisme et donner à Mike la tâche peu enviable de prêcher à la chorale, démographiquement parlant. Mais il ne faut pas interpréter cela comme si Sheridan comprenait mal son sujet. Il est profondément, évidemment conscient de la façon dont le complexe carcéral-industriel est lié aux questions d’injustice raciale, de brutalité institutionnelle et d’inégalité historique – l’ironie du travail de Mariam consistant à faire la leçon aux détenus des minorités sur leur propre histoire n’est pas un accident, après tout.

Bien sûr, les béquilles habituelles de Sheridan – personnages féminins mal définis et violence à leur encontre faisant avancer l’intrigue, notamment – sont toujours appuyées avec une fréquence parfois inquiétante. Mais c’est ce que vous obtenez. Vous ne pouvez pas vous plaindre de la similitude générale de la télévision grand public, puis déplorer un talent vraiment intéressant qui fait sa propre chose, assez spécifique. Maire de Kingstown a ses problèmes, bien sûr, mais il a aussi beaucoup de potentiel pour dire et faire des choses significatives dans et autour d’un sujet complexe et pertinent. Ce ne sera pas du goût de tout le monde, mais à en juger par les récents succès de Sheridan, suffisamment de gens – et vous pouvez me compter parmi eux – sont d’accord avec son mélodrame macho qui ne dérangera pas Paramount +.

Vous pouvez diffuser le maire de Kingstown exclusivement sur Paramount +.

HDFever
Logo