Diana: The Musical review – « Jolies, jolies filles avec de jolies, jolies robes »

Résumé

Tout sur Diana : la comédie musicale est décalé mais cela le rend extravagant.

Cette critique du film Netflix Diana: The Musical ne contient pas de spoilers.

Après que Broadway ait dû fermer ses rideaux en raison de la situation du Covid-19, Diana : la comédie musicale arrive avec une version filmée du spectacle de Broadway sur Netflix, le 1er octobre. Le tournage de la comédie musicale a eu lieu au Longacre Theatre sur West 48th Street l’été dernier sans public. En attendant de voir Kristen Stewart jouer le rôle de Diana, cette comédie musicale nous fera gagner du temps. Mais je vais te prévenir. Regardez-le sans aucune attente.

Dirigé par Christophe Ashleyun réalisateur lauréat d’un Tony Award de « Venant de loin ». Diana : la comédie musicale peut vous laisser plutôt vide. Avec l’artiste musicale britannique Jeanna de Waal dans le rôle de la princesse Diana, qui peut sembler un peu raide mais qui exécute l’aura sophistiquée de Lady Diana que nous connaissons ; Roe Hartrampf dans le rôle de Charles autoritaire; Erin Davies dans le rôle de Camilla Parker Bowles ; et enfin, la vétéran de Broadway Judy Kaye, qui joue le double rôle de la reine et de la belle-mère de Diana, qui ajoute du charme et de l’humour à la pièce. Tous les acteurs jouent leurs rôles de manière transparente, mais ce qui rend cette comédie musicale difficile à avaler, c’est la mauvaise exécution.

Contrairement aux livres, Broadway nous offre des expériences en temps réel pour nous engager dans l’histoire de manière plus vivante. C’est une ligne très mince et dramatique entre la réalité et la fantaisie. Broadway, c’est comme de la poésie vivante et c’est ce qui la rend intéressante. C’est la beauté de créer le dialogue avec la musique et les expressions comme une seule incarnation. Et c’est l’un des plus gros pièges de Diana : La comédie musicale. Les récits superficiels.

Tout a bien commencé mais cela continue de devenir plus immortel vers la fin. En écoutant simplement le dialogue, vous pouvez capturer toute la situation sans avoir à investir dans ce que font les acteurs sur scène. Elle perd la beauté de son ambiguïté. Je pense que les grands dialogues sont ceux qui laissent un espace entre les acteurs et le public ; il y a une liberté d’explorer, de trouver des significations à interpréter, tandis que les acteurs s’efforcent de définir leurs personnages au lieu de l’inverse. Mais ce qui se passe, c’est que tout ce que nous devons savoir est déjà servi dans nos assiettes. Même un tabac inattendu ou un peu de satire fera l’affaire.

La transition narrative de la vie de Diana ressemble à une précipitation. Il continue de sauter une étape à la fois. Une seconde, elle tombe amoureuse, en un clin d’œil, elle reçoit un diagnostic de dépression. Le principal problème est que tout cela se passe sans profondeur émotionnelle. Certaines scènes laissent troublées sans raison valable derrière ce qui se passe, ni fermeture. Plutôt que de présenter la vie de Diana en tant que sujet; une mère, une femme et un individu ; Diana la présente davantage comme un objet de masochistes ; une marionnette. Quoi qu’il en soit, je dois donner des accessoires pour les nombreuses fois où l’actrice doit changer de tenue sous nos yeux. Néanmoins, Broadway semble vivre sur « Jolies filles avec de jolies robes » et nous laisse parler de ses costumes. Mais encore une fois, c’est quelque chose dont le public est déjà conscient car l’histoire de la vie de Lady Diana n’est pas quelque chose de rare ; c’est partout. L’écart entre ce qui a déjà été écrit et ce qui se passe derrière la couverture est ce qui manque.

Quant à l’aspect musical, on pouvait entendre la forte influence du Pop-Rock britannique. Oui, c’est parce que l’homme derrière la musique n’est autre que le claviériste de Bon Jovi, David Bryan. Les fréquents collaborateurs de Joe DiPietro, dramaturge et parolier primé, connu pour Memphis. La musique elle-même gravite autour de performances de groupe avec des éléments pop-rock lourds et certains de ses répertoires se composent d’éléments d’un instrument d’orchestre pour renforcer l’atmosphère d’une certaine scène. C’est sûr de vivre les paroles « Elle bouge de la manière la plus moderne ! » car c’est exactement comme ça que va la direction musicale. C’est extravagant, moderne et optimiste. Mais malheureusement, ce n’est pas mémorable. C’est monotone avec des mélodies et des thèmes répétitifs au point que c’est épuisant et aplatit l’histoire. Il y a plus de place pour explorer la variation, les mélanges et la dynamique pour créer un engagement et apporter plus de diversité dans les histoires et les personnages.

Puisque l’histoire est originaire de Grande-Bretagne, l’endroit où naissent les métaphores les plus enchanteresses, les paroles grincheuses et sophistiquées, j’espère que les paroles sauveront le dialogue mais malheureusement, musicalement, elles font face à la même rédemption. Ça manque de nouveauté et c’est cliché. Il y a une partie qui est assez pleine d’esprit, comme la scène où Diana et Camilla se retrouvent face à face et les paroles vont « C’est un « Thriller à Manille » avec Camilla ! » ou celles quand le prince Harry est né et que Diana commence à chanter à propos de ses cheveux roux, mais oui, cela aurait pu être plus utilisé. Du bon côté, si l’on parle de la qualité de la production musicale, elle est excellente ! Le mélange est bien équilibré entre le chœur, les instruments et le chant principal. Le département éclairage avec ses tonalités de couleur rend également justice au spectacle.

Pour conclure, plutôt qu’une aventure dramatique, Diana : la comédie musicale nous laisse un sentiment de vide sans messages clairs. Je me souviens à peine des chansons et de la mélodie qui bourdonnait. C’est comme lire une version live de ce que nous lisons sur WordPress. Au moins, les sourires de Jeanna de Waal tout en frappant des notes de nuit laissent une impression tranquille dans nos mémoires.

Qu’avez-vous pensé du film Netflix Diana : The Musical ? Commentaires ci-dessous.

HDFever
Logo