Don’t Worry Darling First Reviews: la superbe performance de Florence Pugh élève le mystère so-so

Florence Pugh pourrait décrocher une autre nomination aux Oscars pour sa performance dans Ne t’inquiète pas chérie, si le film dans son ensemble n’est pas rejeté par le public. Depuis sa première au Festival du film de Venise, les premières critiques du drame de science-fiction féministe et sinueux mettent principalement en évidence Pugh comme sa grâce salvatrice révélatrice, ou assez proche. Cet élégant effort de réalisation de deuxième année de l’actrice devenue cinéaste Olivia Wilde (Librairie) est également censé avoir fière allure et offrir une tournure discutable et divertissante de la pop star Harry Styles, et cela fera parler les gens, que le troisième acte fonctionne ou non.

Voici ce que disent les critiques Ne t’inquiète pas chérie:


Que pouvons-nous attendre de Ne t’inquiète pas chérie?

Un film féministe qui demande aux spectateurs d’évaluer leur propre complicité sociale dans l’oppression, sans lésiner sur de très beaux costumes, des voitures magnifiques ou des scènes de sexe excitantes. – Jane Crowther, Total Film

Ne t’inquiète pas chérie est une sacrée aventure… plus un film d’horreur que les histoires de fantômes les plus effrayantes. – Lex Briscuso, école de cinéma rejetée

Une sorte de couleur bonbon Épouses de Stepford dans le zone floue se rencontre Le conte de la servante à l’ère de la démocratie déchirée. – Owen Gleiberman, Variété

zone floue se rencontre Les femmes de Stepfordavec un peu de La matrice. – Rodrigo Perez, La liste de lecture

Une dérivation tirée de Palm Springs de Les femmes de Stepfordou peut-être un vieux mélodrame de Douglas Sirk en guise de Le spectacle de Truman. –Justin Chang, Los Angeles Times

Ne t’inquiète pas chérie veut être transhumaniste Spectacle Truman mais finit par se jouer plus comme un épisode plutôt correct de Miroir noir. – Hoai-Tran Bui, Slashfilm


Florence Pugh et Harry Styles dans Don't Worry Darling (2022)

(Photo de ©Warner Bros.)

Florence Pugh vaut-elle la peine d’être regardée?

Florence Pugh brille dans un tour de force menant la performance… encore mieux que son rôle dans Midsommar, ce qui veut dire quelque chose. – Lex Briscuso, école de cinéma rejetée

L’une des meilleures performances de la star Florence Pugh à ce jour… Elle est le point culminant absolu du film. – Kate Erbland, IndieWire

En cela, elle devient une star de cinéma à part entière – posée, glamour et d’une beauté époustouflante, mais aussi émotionnellement à vos côtés, et soulevant chaque scène avec des choix étincelants et intelligents. – Robbie Collin, Daily Telegraph

Avec son mélange finement calibré de férocité et de doute, Pugh fonde le film comme une femme qui ne sera pas éclairée au gaz mais qui pourrait trouver que les alternatives sont encore pires. – Steve Pond, The Wrap

Aucun de Chérie fonctionne du tout sans une telle performance engagée de Pugh. Elle apporte tout cela comme si elle était dans un thriller hitchcockien à l’ancienne. – Brian Formo, collisionneur

Pugh, comme si elle en avait fini avec Veuve noire, Midsommar et d’autres, continue d’améliorer tout ce dans quoi elle est – et, bon sang, c’est nécessaire ici. – Brian Truitt, USA Today

L’excellente Pugh n’a pas été réalisée de manière intéressante, certainement pas comparée à son travail dans des films largement comparables tels que Midsommar ou La chute. – Peter Bradshaw, gardien


Mais est-elle la seule bonne chose dans le film ?

Tout autour de Pugh parvient à tomber à plat en comparaison. – Hoai-Tran Bui, Slashfilm

Pugh fait un repas d’Alice et, franchement, de tous les autres. Ses nombreuses co-stars offrent des performances utiles avec des éclats occasionnels, mais personne ne se rapproche d’elle. – Kate Erbland, IndieWire

C’est son film, même si l’acteur Styles se transforme en pop star Harry Styles (un rôle dans lequel il semble plus à l’aise) et danse sur une grande scène dans une scène particulièrement bruyante. – Steve Pond, The Wrap


Florence Pugh dans Don't Worry Darling

(Photo de ©Warner Bros.)

Lire aussi  Que la force soit avec vous pour courir la chance de gagner une console spéciale LEGO Star Wars : La saga Skywalker.

Comment va Harry Styles ?

Parfaitement bien. – Hoai-Tran Bui, Slashfilm

Styles… montre qu’il est la vraie affaire en tant qu’acteur et qu’il est très prometteur. – Pete Hammond, Deadline Hollywood Daily

Il est clair qu’il est nouveau dans le jeu d’acteur, mais il est loin d’être difficile à regarder. – Lex Briscuso, école de cinéma rejetée

Un acteur de cinéma naturel… Il est trop tôt pour dire où il va dans les films, mais s’il le veut, il pourrait y avoir une vraie course. – Owen Gleiberman, Variété

Est-il juste une présence magnétique à l’écran qui a l’air fabuleuse dans les fils des années 1950, ou un acteur capable de profondeur et de nuance ? Il va bien dans le rôle mais sur cette base, le jury est toujours absent. – David Rooney, journaliste hollywoodien

Styles peut ou non être un acteur talentueux; ce n’est pas facile à dire à partir de cela. – Peter Bradshaw, gardien

Les styles ne peuvent s’empêcher d’avoir l’air surclassés. Mais l’ancien des One Direction est loin d’être gênant. – Robbie Collin, Daily Telegraph

Le maillon faible, malheureusement, est Styles, qui n’est pas sans talent, mais qui ne parvient pas à donner à Jack la dimensionnalité ou le conflit intérieur dont le personnage a clairement besoin. – Bilge Ebiri, New York Magazine/Vautour

Styles est mignon, mais un raté. Tout ce qu’il fait à l’écran s’évapore pratiquement d’une scène à l’autre. – Stéphanie Zacharek, TIME


Et Chris Pine ?

Pine est un chef de secte proto-fasciste au charisme unique; le film reçoit une décharge d’énergie bienvenue chaque fois qu’il est à l’écran. – Bilge Ebiri, New York Magazine/Vautour

[The film] marque des points pour avoir permis à Chris Pine de montrer à quel point il peut être un méchant diaboliquement charismatique. – David Rooney, journaliste hollywoodien

Pine semble s’amuser le plus… en tant que gourou à la langue d’argent dont les compliments et les conseils sont livrés sous forme de menaces souriantes. – Jane Crowther, Total Film


Chris Pine dans Don't Worry Darling (2022)

(Photo de ©Warner Bros.)

Olivia Wilde est-elle encore une réalisatrice à surveiller ?

Comme ses débuts, Ne t’inquiète pas chérie met en scène un réalisateur à la main assurée et à l’œil commercial. – Jane Crowther, Total Film

Wilde prouve qu’elle n’est pas une merveille à succès, du moins techniquement et artistiquement. – Rodrigo Perez, La liste de lecture

Wilde a ses moments d’excavation subtile. Elle n’apporte pas beaucoup d’éclat tonal, mais il y a une nouvelle perspective. – Luke Hicks, La scène du film

Wilde veut montrer ses côtelettes de réalisateur, chargeant le film avec des astuces visuelles et des tas de style. – Hoai-Tran Bui, Slashfilm

Ici, elle montre qu’elle a les côtelettes pour créer une fantaisie des années 50 de la vie apparemment parfaite. – Pete Hammond, Deadline Hollywood Daily


De quoi ça a l’air?

La photographie du directeur de la photographie Matthew Libatique est fantastique, à la mode au début, puis expansive et étonnante dans cet acte final. – Rodrigo Perez, La liste de lecture

Juste magnifique à regarder. La cinématographie de Matthew Libatique est excellente, nous offrant une vision très nette et saisissante de l’univers de Victory et de son design coloré et stylisé. – Lex Briscuso, école de cinéma rejetée

Matthew Libatique mélange différents types de photographie avec grand effet, des jambes de Busby Berkeley aux miroirs de courtoisie, en passant par les coups de pied de poussière du désert. – Brian Formo, collisionneur

La conception de la production des années 1950 est exemplaire. – James Mottram, South China Morning Post

Il y a aussi une grande course-poursuite avec des voitures anciennes qui donne un Mad Max-se rencontre-du Nord au nord-ouest flair au récit hallucinant. – Brian Truitt, USA Today


Florence Pugh et Harry Styles dans Don't Worry Darling (2022)

(Photo de ©Warner Bros.)

Comment est sa bande-son ?

La musique est délicieuse, chargée de succès doo-wop des années 50 et de classiques pop instrumentaux de type Les Paul importés d’une cabane de plage très, très lointaine. – Luke Hicks, La scène du film

La partition de John Powell – en grande partie centrée sur des voix chorales féminines haletantes, feutrées et pleines de suspense – est formidable. – Rodrigo Perez, La liste de lecture

[It] s’appuie trop sur une partition de John Powell dont le chant morose et percussif a tendance à submerger plutôt qu’à approfondir le sentiment d’effroi croissant d’Alice. –Justin Chang, Los Angeles Times

Combien de fois avons-nous encore besoin du déploiement ironique du classique doo-wop « Sh-Boom (La vie pourrait être un rêve) » pour être convaincu que cela peut être un cauchemar ? – David Rooney, journaliste hollywoodien


Qu’en est-il du scénario ?

Le script efficace demande constamment aux téléspectateurs de vérifier les points de vue des habitants de Victory alors qu’ils rationalisent la division entre les sexes de l’époque. – Jane Crowther, Total Film

Au fur et à mesure que le scénario de Katie Silberman se déroule, le film se déroule. – James Mottram, South China Morning Post

Le scénario ne s’accompagne pas de révélations convaincantes une fois les failles de l’utopie mises à nu. – David Rooney, journaliste hollywoodien

Il est étrange de penser que Katie Silberman – qui a écrit des personnages si vivants dans Mettre en place et Librairie – rate tellement la cible cette fois-ci. – Hannah Strong, Petits mensonges blancs


Florence Pugh dans Don't Worry Darling (2022)

(Photo de ©Warner Bros.)

Lire aussi  Curb Your Enthusiasm saison 11, récapitulatif de l'épisode 2 - "Angel Muffin"

Le film est-il sexy ?

Tellement sexy que vous voudrez peut-être vous installer dans la mystérieuse communauté Victory Project et ignorer les signes de quelque chose de sinistre derrière tous les visages souriants et les mariages parfaits. – David Rooney, journaliste hollywoodien

La [sex scenes] sûr sont torrides. – Hoai-Tran Bui, Slashfilm

Il y a déjà eu beaucoup de discussions en ligne sur les scènes de sexe – avec un Styles et Pugh suave et sexy convaincant en tant que couple en «lune de miel perpétuelle». – James Mottram, South China Morning Post

Ceux qui anticipent un thriller érotique doivent tempérer leurs attentes sexuelles : il n’y a que quelques scènes d’amour et ce que vous appelleriez torride non plus. – Brian Truitt, USA Today


A-t-il une grande tournure?

Il y a une touche de style M. Night Shyamalan qui est bien meilleure que presque toutes les touches de Shyamalan, sauf peut-être celle de Le sixième sens. – Stéphanie Zacharek, TIME

L’explication finit étrangement par être l’une des forces du film, car Wilde lui apporte suffisamment de grisaille captivante pour que la torsion recadre efficacement la plupart de ce qui précède. – Bilge Ebiri, New York Magazine/Vautour

C’est provocateur, bien sûr, mais cela pourrait vous faire sortir du théâtre en marmonnant « maintenant, attendez une minute… » alors que vous réfléchissez aux incohérences et aux choses qui ne correspondent tout simplement pas. – Steve Pond, The Wrap

La révélation qui mijote depuis longtemps a une réelle valeur de choc, presque suffisante pour masquer à quel point c’est ridicule… le genre de coup dur du troisième acte qui engendrera beaucoup de bavardages. – Kate Erbland, IndieWire

L’inévitable Big Reveal qui se produit lorsqu’Alice fait une pause est quelque peu nouveau, bien qu’il ne tienne pas vraiment la route. – David Rooney, journaliste hollywoodien

[It’s] une révélation décevante qui ne correspond finalement pas à son accumulation. – Hoai-Tran Bui, Slashfilm

Ne t’inquiète pas chérie n’est pas tant un film sinueux qu’un film retenu. – Brian Formo, collisionneur


Florence Pugh dans Don't Worry Darling (2022)

(Photo de ©Warner Bros.)

Est-ce que ça colle à l’atterrissage ?

C’est bien de voir un film délivrer un message d’importance tout en [being] une course passionnante et indéniablement sauvage dans les profondeurs de la tromperie. – Lex Briscuso, école de cinéma rejetée

Il ne pique pas comme il se doit à la fin. – Brian Formo, collisionneur

C’est une histoire intrigante qui devient de moins en moins intéressante de minute en minute. –Justin Chang, Los Angeles Times

Le film vous emmène dans une balade qui devient progressivement moins scintillante au fur et à mesure. – Owen Gleiberman, Variété

Lorsque le rideau est enfin tiré, le film de Wilde s’effondre sous le poids d’un riff de genre à haut concept que le film n’est pas assez fort pour assumer. – Rodrigo Perez, La liste de lecture

L’acte final tendu passe par les mouvements mais ne livre pas là où ça compte – avec un gain provocateur. – David Rooney, journaliste hollywoodien


Ne t’inquiète pas chérie ouvre partout le 23 septembre 2022.


Sur un appareil Apple ? Suivez Rotten Tomatoes sur Apple News.

HDFever
Logo