Emily The Criminal, The Territory et Orphan: First Kill et plus

Rejoignez-nous chaque semaine alors que Rotten Tomatoes rend compte des fonctionnalités indépendantes en streaming. Des sorties prometteuses de nouvelles voix aux efforts expérimentaux de cinéastes légendaires – ou peut-être le prochain chouchou indépendant à parcourir la distance pour les distinctions de fin d’année – nous allons tout décomposer pour vous ici chaque semaine.


Cette semaine, pour notre Indie Fresh List, nous avons un ajout surdimensionné avec de nouveaux films qui sortent cette semaine ainsi que quelques vedettes de la semaine dernière. Tout d’abord, un tour de star tueur d’Aubrey Plaza qui arme de manière passionnante l’anxiété économique du millénaire, et nous présentons également un lauréat finlandais d’un prix sur la jeune femme, deux documentaires, l’un qui enquête avec brio sur le passé et l’autre qui examine un problème sociopolitique mondial urgent, et un très attendu suite d’un hit dormant bien-aimé.


Nouveau ce week-end


Orphelin : premier meurtre (2022)


67%

13 ans après le premier film d’horreur classique culte Orphelin Ester joué par Isabelle Furhman revient au cinéma dans un prequel Orphelin : premier meurtre. Ce dernier opus, qui dépasse déjà l’original avec sa note fraîche, mérite les éloges de la critique, bien que beaucoup admettent qu’il s’agit d’un grand ajout au genre, mais plutôt d’un film d’horreur pulpeux utilisable qui fonctionne assez bien. En faisant un effort concerté pour mélanger authentiquement le matériel source dans un film d’horreur campier, le « gothique moderne du premier film se transforme ici en une explosion parfaitement appropriée de schlock d’opéra ». a écrit Richard Whittaker de La Chronique d’Austin.


Le territoire (2022)


95%

Ouverture également ce week-end (et en contraste frappant avec l’excès frivole de Orphelin : premier meurtre ) est le documentaire environnemental dramatique de NatGeo Le territoire. L’un des documentaires les plus percutants, émouvants et conséquents sur le changement climatique à être sorti depuis Une vérité qui dérange. Le territoire documente la bataille de plusieurs décennies contre la déforestation dans la forêt tropicale brésilienne et la dévastation déchirante que cette lutte a provoquée de tous côtés. Malgré le traitement nuancé de la question, de nombreux critiques ont fait remarquer que si son objectif était d’inciter à l’activisme, cet argument était difficile à ignorer. « Si l’intention des cinéastes était d’aider à susciter un soutien international à la fois à la forêt amazonienne de plus en plus menacée et à ses habitants autochtones assiégés, considérez que c’est une mission accomplie », a écrit Martin Dumfy. Géorgie droite.


Toujours au cinéma


Le genre du film sur le passage à l’âge adulte a un nouvel entrant passionnant avec ce film finlandais sur trois adolescentes qui se découvrent et découvrent leur sexualité, à la fois hétéro et queer. La douleur et l’exaltation de la jeune romance sont pleinement exposées, et nous voyons une vulnérabilité touchante (ainsi qu’un jeu charmant et nuancé) dans les interactions des trois amis les uns avec les autres. Soutenu par une cinématographie somptueuse, Photo de fille a remporté le très convoité prix du public pour le programme World Cinema: Dramatic au Sundance Film Festival de cette année. Et comme pour prouver ce point, la critique Marya E. Gates, écrivant pour RogerEbert.comprédit que le film sera « destiné à de nombreuses reprises de confort à l’avenir ».



Libérez Chol Soo Lee (2022)


100%

Nous sommes devenus beaucoup plus conscients ces dernières années du malheureux problème de notre pays avec le sectarisme asiatique, c’est donc le moment idéal pour un film comme Libérez Chol Soo Lee, qui regarde vers le passé et trouve une histoire malheureusement oubliée qui est douloureusement toujours d’actualité. Chol Soo Lee était un immigrant coréen à San Francisco lorsqu’il a été condamné à tort pour le meurtre en 1973 d’un chef de gang de Chinatown. Lee a été condamné à la prison à vie, mais l’injustice de sa condamnation a rallié un mouvement de protestation asiatique qui a finalement obtenu sa liberté en 1983. Les cinéastes Julie Ha et Eugene Yi réalisent un documentaire rapide qui mélange habilement des interviews contemporaines avec de superbes images d’archives, rappelant au public que en matière de race, la justice américaine a rarement été aveugle. Nguyên Lê, écrivant pour JumpCut en lignea salué le film comme « un travail plein d’empathie et d’encouragement », tandis que Josh Flanders du Lecteur de Chicago loue le film pour « avoir donné à Lee une chance d’avoir une agence et de raconter son histoire ».

Lire aussi  Les choses sont sur le point de devenir explosives alors que The Chemist entre dans la T3 Arena

Sélection en vedette


Emily la criminelle (2022)


93%

Aubrey Plaza, l’une de nos reines actuelles du cinéma indépendant, est excellente pour jouer des protagonistes pour lesquels vous ne savez pas trop si vous devez vous enraciner. Et comme elle a réussi en 2017, c’est sous-vu (mais merveilleux) Ingrid va à l’ouest, Plaza vous mettra mal à l’aise quant à l’intérêt d’enracinement sur lequel vous vous installez. Ici, Plaza joue la titulaire Emily, une jeune femme paralysée par la dette étudiante et un casier judiciaire. Apparemment sans perspectives, Emily se retrouve dans un concert louche à faire des achats avec des cartes de crédit volées, mais elle est rapidement séduite par la ruée et les récompenses de l’économie du marché noir. Emily la criminelle est un thriller impitoyablement divertissant qui ne tire aucun coup dans son commentaire social, avec Divertissement hebdomadaireLeah Greenblatt l’appelle « une étude décousue et noire sur la facilité avec laquelle il est possible d’entrer dans le vide ». Emily la criminelle a fait sa première avec des critiques élogieuses au Sundance Film Festival de cette année, et il joue dans certains cinémas.



Image miniature par Roadside Films

Sur un appareil Apple ? Suivez Rotten Tomatoes sur Apple News.

HDFever
Logo