Et qu’est-ce qui se passerait si…? récapitulatif de la saison 1, épisode 2 – « Et si… T’Challa devenait un Star-Lord »

Résumé

« Et si… T’Challa devenait un Star-Lord » a une note de tristesse, mais c’est une sortie amusante et impressionnante qui a un poids dans sa narration qui manquait à la première.

Ce récapitulatif de Et si… ? la saison 1, épisode 2, « Et si… T’Challa devenait un Star-Lord », contient des spoilers.


Les dernières semaines première amusante mais peu risquée de Marvel Et qu’est-ce qui se passerait si…? ressenti, à bien des égards, comme exactement le genre d’histoire pour laquelle cette prémisse spéculative a été conçue. Cela posait une question évidente que de nombreux fans avaient probablement déjà envisagée, mais cela ne retravaillait pas les personnages existants et les éléments de l’intrigue d’une manière trop drastique. On ne peut pas en dire autant de « What If… T’Challa Became a Star-Lord », qui ressemble également exactement au genre d’histoire que la prémisse a été conçue pour raconter, bien que pour des raisons complètement différentes.

Et qu’est-ce qui se passerait si…? résumé de la saison 1, épisode 2

Il faut dire dès le départ, cependant, qu’il y a un sens inhabituel de profondeur dans cet épisode grâce en grande partie au fait qu’il s’agit du dernier rôle de Chadwick Boseman avant sa mort tragique et prématurée et entendre sa voix émaner de T’Challa, même une version animée de lui s’accompagne d’un inévitable pincement de tristesse. Si le but d’une anthologie comme celle-ci est de demander « Et si? », alors il n’y a pas de meilleur sujet pour la question que de savoir à quoi aurait pu ressembler la carrière de Boseman si elle n’avait pas été si cruellement écourtée. Sa présence ici renforce l’idée du spectacle en général et le pouvoir d’imaginer simplement ce qui aurait pu être dans des circonstances légèrement différentes. Même pour un spectacle existant légèrement en dehors de ce qui est par ailleurs un univers de narration rigoureusement tracé et interconnecté, il est agréable de se rappeler sa valeur inhérente, canon ou non.

Quoi qu’il en soit, l’épisode, écrit par le scénariste en chef de la série, AC Bradley, imagine ce qui aurait pu se passer si T’Challa, et non Peter Quill, avait été kidnappé par Yondu (Michael Rooker) et pris pour un ravageur intergalactique. Et ce n’est pas aussi simple qu’on pourrait le croire. Des visages anciens et attendus comme Korath (Djimon Hounsou) et Nebula (Karen Gillan) font des apparitions obligatoires, mais il en va de même pour d’autres visages familiers, dont plusieurs – et un en particulier – ne sont pas exactement connus pour bien jouer avec les autres, pour mettre les choses doucement. Et tandis que la première a recentré Steve Rogers dans l’histoire de Captain America, « Et si T’Challa devenait un Star-Lord? » maintient Peter Quill presque complètement à l’écart jusqu’à ce qu’il soit temps de se demander ce que sa relation avec Ego pourrait signifier dans un univers où il n’est pas un super-héros.

Ce sont des implications beaucoup plus importantes et des questions plus complexes que tout ce que nous avons vu lors de la première; le spectacle met en évidence l’idée de petits changements ayant des effets d’entraînement inconnaissables dans tous les coins du canon, ce qui est un exercice de narration amusant, sans parler d’un rappel important de l’importance de la malléabilité de ces personnages et des rythmes de l’intrigue. Peut-être ne faut-il pas les prendre aussi au sérieux, du moins pas sous une forme particulière – peut-être s’agit-il de prendre le idée d’entre eux au sérieux, pour valoriser ce qu’ils pourraient potentiellement moyenne, à toutes sortes de personnes de toutes sortes de manières.

Pour ne pas devenir trop hyperbolique à propos d’une histoire de science-fiction, bien sûr, mais vous avez compris. Et d’ailleurs, cet épisode pourrait détourner le ton typiquement irrévérencieux de gardiens de la Galaxie, mais il capture également, à travers T’Challa, une partie de l’honneur, de la dignité et de la gravité généralement associés à Wakanda. C’est une juxtaposition qui fonctionne étonnamment bien, vraiment, en restant fidèle aux principes fondamentaux de la royauté wakandaise tout en laissant transparaître le charisme de T’Challa d’une manière légèrement nouvelle. Chadwick Boseman nous manquera certainement.

Techniquement, l’animation reste de haute qualité, bien que rappelant le blocage et la cinématographie du MCU en direct – encore une fois, ça me va, mais probablement un peu fastidieux pour certains, même si les éléments de science-fiction ajoutent plus de couleur et d’imagination aux arrière-plans (l’utilisation d’un motif violacé est particulièrement, et à juste titre, efficace). Le travail vocal reste cohérent, bien qu’inévitablement sombre, et le poids des implications se fait sentir beaucoup plus fort ici qu’il ne l’était lors de la première. Tout compte fait, c’est une excellente sortie, et les gens vont être touchés à juste titre. Peu importe Et qu’est-ce qui se passerait si…? fait dans ses prochains épisodes, cela restera sans aucun doute un sujet de discussion.

HDFever
Logo