La revue Card Counter – petits enjeux avec un gros gain

Résumé

Paul Shrader livre un scénario serré et impliquant qui vous traite, puis vous prépare pour un bluff final.

Cette critique de The Card Counter est sans spoiler.


Écrit et réalisé par Paul Shrader, Le compteur de cartes est une histoire de rédemption et de vengeance sur fond de casinos et de salles de cartes.

Oscar Isaac est William Tell Tillich, un homme hanté, avec un passé dangereux qui a utilisé son temps passé en prison pour apprendre à compter les cartes. Ses compétences nouvellement développées l’aident à parcourir les casinos des États-Unis, à jouer à de petits jeux de Blackjack et à utiliser sa technique de comptage de cartes pour remporter un gagnant. Les fans de scripts basés sur le jeu seront déjà familiarisés avec la méthode des compteurs, les valeurs numériques des cartes sont enregistrées mentalement par le compteur, et lorsque le jeu en jeu semble susceptible de tomber en sa faveur, le compteur augmente sa mise et maximise ses chances. de gagner. Pour éviter d’être détecté, bien qu’il soit souvent facile à repérer, il joue petit et gagne petit, et est autorisé à quitter la table avant que la direction ne s’empare de lui et ne le fasse interdire. Dans un casino d’Atlantic City, Tell fait irruption dans une convention sur la sécurité, avec Willem Dafoe sur le podium expliquant son nouveau logiciel de reconnaissance faciale. Il semble qu’il y ait une histoire avec ces deux hommes, et lui, à son tour, est reconnu par un jeune homme, Cirk Baufort, avec un C, qui connaît aussi Dafoe, et a sa propre vengeance prévue pour l’homme responsable de la panne de sa famille et la mort de son père. Tell attend le jeune homme et lui demande s’il veut le rejoindre sur la route avec lui.

Les dés sont jetés à ce stade, et le film emmène ensuite le public dans le monde du comptage de cartes dans les casinos, tout en révélant lentement le sombre passé qui relie les trois hommes.

Schrader connaît bien ce type d’histoire, et on pourrait dire qu’il retombe ici sur le terrain familier. Son travail précédent comprend des films emblématiques tels que Taureau furieux et Conducteur de taxidonc le thème des hommes torturés cherchant une forme de rédemption est évident dans son travail.

Le compteur de cartes est un film plus petit que les sorties précédentes, cependant. Cela sent la production indépendante, malgré l’implication de Martin Scorsese, et tout dans l’histoire principale semble intime, la trame de fond plus large qui scelle le destin final des personnages est beaucoup plus sombre et plus intense, et les scènes inconfortables de leurs vies passées donnent le filmer un paysage plus grand.

Pour moi, malgré la nécessité que l’héritage des acteurs principaux pèse sur eux, j’étais plus engagé dans les petits aspects du film.

Isaac est brillant et a de la gravité dans le rôle de compteur de cartes sans fioritures, Tye Sheridan joue Cirk avec juste ce qu’il faut d’attitude pour vous mettre sur le côté sans être ennuyé par lui, Dafoe passe peu de temps à l’écran mais livre ce qui est nécessaire, et Tiffany Haddish qui joue La Linda, à la recherche de joueurs de poker à ajouter à son « écurie » de jeu, ajoute du style et du charme, brisant la tension et donnant du cœur à chaque scène. Le petit casting joue bien, mais il y a des moments où les choses semblent un peu guindées; peut-être que le temps était contre eux, et plus de prises auraient peut-être aidé. Cependant, les choses s’enchaînent bien et les personnages sont crédibles et se fondent bien.

Alors que le film passe à son troisième acte, vous pouvez sentir l’obscurité se refermer. Schrader tente ici son plus beau bluff, vous laissant penser que nous allons dans un sens, avant de vous entraîner dans un autre, et je suis sûr qu’il y a eu plusieurs brouillons du résultat final. Je dois avouer que personnellement, je n’étais pas fan de la conclusion. Peut-être que j’étais trop investi dans les personnages, donc la fin m’a laissé à plat, mais c’est une opinion personnelle, et sans aucun doute beaucoup conviendront que c’était la fin que le film méritait.

Le compteur de cartes est toujours un joyau dans le climat cinématographique actuel. Si vous avez besoin d’autre chose de votre visite au cinéma qui ne soit pas une franchise, un remake, une préquelle ou une suite, alors faites-vous plaisir et partez. Après avoir donné des coups de poing aux tripes comme Éternels et Halloween tuec’est rafraîchissant de savoir qu’il existe encore des films comme celui-ci, Dune et La dépêche françaisepour engager les cinéphiles qui sont prêts à s’engager avec des films intelligents et intelligents sur grand écran.

HDFever
Logo