La revue Misfits – douloureusement pas drôle et ennuyeuse

Rate this post

Résumé

Les inadaptés est aussi bouleversant que condescendant. Il se trouve aussi que c’est douloureusement pas drôle.

Laissez à Renny Harlin le soin de donner une tournure à la comédie d’action caper en faisant jouer Robin Hood par une poignée d’aspirants bienfaiteurs du millénaire et de la génération Z en volant de l’argent pour un organisme de bienfaisance qui regorge de stéréotypes racistes carrément limites. Puis, enfin, le dernier film du tristement célèbre réalisateur d’action gonflé, Les inadaptés, est aussi bouleversant que condescendant. Il se trouve aussi que c’est douloureusement pas drôle.

L’histoire est l’un de ces films de braquage remplis de tropes que j’aime parce que, à tout le moins, ils ne sont pas difficiles à générer du suspense et la chimie est basée sur le prix que tout le monde poursuit au bout du tunnel . Il a le voleur « de renommée mondiale », Richard Pace (Pierce Brosnan), qui semble se spécialiser uniquement dans le levage de portefeuilles. Il est recruté par une bande de vingtenaires (Nick Cannon, Rami Jabur et Jamie Chung) qui ont le culot de vouloir voler des millions de dollars d’or dans la prison la plus sécurisée du monde à Dubaï sans même les garder pour eux. Bien sûr, ils sont dirigés par Hope Pace (Hermoine Corfield), qui « a été formée par les meilleurs », son père, Richard lui-même.

Je ne veux pas donner un coup de pied à M. Harlin puisqu’il n’a pas écrit l’horrible scénario de Les inadaptés. Ce prix revient à Kurt Wimmer, qui a écrit des remakes horribles aussi notoires que Point Break, Rappel total, et Enfants du maïs. Là encore, son partenaire d’écriture, Robert Henry (Qui est votre caddie), n’est pas mieux. Ils semblent se spécialiser dans les imitations et les accents raciaux offensants des années 90 qui se sont retirés de la comédie il y a des années. Ce n’est pas pousser l’enveloppe. C’est juste ignorant. Et c’est la responsabilité du réalisateur d’arrêter ça.

Tout va si mal dans Les inadaptés. Je ne suis pas sûr d’avoir déjà regardé un film si sûr de lui à quel point il est drôle et pourtant être aussi égaré en même temps. Une partie de cela est le résultat de la narration arrogante de Cannon comme si le public devait être impressionné par son intelligence. Ensuite, il y a le cas de ce qui semble être une scène sans fin de nourriture et d’empoisonnement à l’estomac de toute une population carcérale. Tout sort, littéralement, des deux côtés, et pendant environ cinq minutes. Je ne peux pas imaginer voir du vomi et de la merde partout sur les murs et les sols sur grand écran d’une manière aussi vile et dégoûtante. Cela m’a fait comprendre que la pandémie a presque tué les cinémas 4DX.

Les cinéastes ici gaspillent une distribution décente – Cannon en particulier, qui devrait exceller dans les seconds rôles d’action. La seule personne qui s’en tire proprement est Chung, qui montre des côtelettes surprenantes pour jouer des scènes et tenir tête aux avances sexuelles passées de James Bond de Brosnan. En dehors de cela, Harlin et son groupe de Misfits ont créé un film de genre qui conserve les clichés standard, les thèmes de la justice sociale et a le culot de le faire d’une manière aussi répréhensible et ennuyeuse.

HDFever
Logo