Le Breathwork et les Séjour bien-être en pleine expansion

Au fil des âges, l’être humain a dû être confronté à de nombreux défis face auxquels il n’a pas toujours su comment réagir. Dans ce monde moderne où tout va de plus en plus vite, le stress est malheureusement devenu le lot quotidien de tout un chacun. Pour permettre à l’homme de donner le change et prendre de la hauteur face aux situations d’angoisse diverses solutions voient le jour. L’une des plus récentes mais qui suscite un engouement phénoménal est le breathwork. En quoi consiste ce concept et qu’apporte-t-il réellement à ses nombreux adeptes.

Le breathwork : de quoi s’agit-il concrètement ?

Très proche de la méditation, le breathwork est une technique d’exploration intérieure qui repose essentiellement sur la respiration. C’est en effet ce travail de sollicitation consciente de la faculté respiratoire de l’Homme qui inspire la dénomination « breathwork ». Cette technique de méditation est encore appelée « respiration holotropique ».

Elle est associée à des séquences de musique et vise une immersion au cœur du subconscient pour libérer les émotions. Même si le concept est encore tout récent en France, le breathwork dans sa forme la plus pure remonte au début des années 1970. Pour le comprendre véritablement, un retour dans le passé s’impose. En 1971, lorsque l’ONU prohiba la consommation du LSD qu’un chercheur se pencha sur le potentiel thérapeutique de cette substance hallucinogène pour traiter les troubles psychiatriques. Le scientifique en question est Stanislav Grof, d’origine tchèque et vivant alors aux USA.

C’est en poursuivant ses travaux sur les différents états de conscience que le psychiatre fit une trouvaille des plus révolutionnaires. Le docteur Grof avait l’habitude d’administrer le LSD à ses patients. Il découvrit grâce à ça qu’il était possible de reproduire les effets hallucinatoires de celui-ci en modifiant le rythme respiratoire. Le chercheur s’inspirera alors de diverses méthodes de respiration (le pranayama et le rebirth) pour élaborer les principes du breathwork, cliniquement appelé la respiration holotropique.

Lire aussi  Counter Strike: quel joueur d’origine française est le meilleur joueur mondial?

Le breathwork : quel principe et application pendant la méditation

Le TRH ou Travail Respiration Holotropique consiste essentiellement à modifier son état de conscience en amplifiant justement sa respiration. Le breathwork étant fortement inspiré de cette technique respiratoire, il emploie de ce fait le même principe.

Fonctionnement du breathwork

Les séances d’exploration intérieure sont assez fréquentes lors d’un séjour méditation. Pendant celles-ci, le breathwork se sert principalement de la puissance de respiration du sujet et des séquences musicales. Une fois ces deux éléments combinés, la personne concernée arrive à aller au-delà des barrières communes de la perception. En s’appliquant à respirer par hyperventilation (technique principale du breathwork), les sujets parviennent à accéder à un état de conscience altéré. Il s’agit d’une sorte de transe ou d’ivresse méditative. Cette dernière favorise la levée des blocages émotionnels qui empêchent les êtres de vivre pleinement leur vie.

Séance de breathwork en pratique

Dans une ambiance chaleureuse et très intime, la première phase d’une séance de breathwork se déroule tout en dialogue. Vous faites connaissance avec le guide avec qui vous abordez les principaux sujets sensibles à explorer. Vous vous allongez ensuite sur le dos, le corps recouvert et un bandeau disposé sur les yeux. Le coach vous explique en quoi consiste la méthode du breathwork.

Au rythme d’une playlist, vous entamez la phase pratique en respirant résolument pendant 30 minutes par la bouche uniquement. Cette étape de respiration est saccadée et se déroule en trois temps. Vous inspirez profondément par la bouche tout en gonflant au maximum votre ventre (le deuxième cerveau). Maintenez toujours cette extension ventrale et prenez une autre inspiration pour emplir votre poitrine.

Lire aussi  4k, Pixel 5, mise à jour des produits Google

Relâchez tout d’un coup par expulsion énergique. Grâce à cette technique de respiration exigeante, le breathwork favorise un relâchement total de votre mental. L’afflux sanguin est modifié au niveau du corps et le dioxyde de carbone baisse. Selon chaque participant, le breathwork donne lieu à des frissons, vertiges, fous rires ou larmes. Ce sont des réactions naturelles à une expérience mentale, émotionnelle et physique intense.

Le breathwork et les séjours bien-être : est-ce pareil ?

En vogue aux États-Unis depuis plusieurs années, le breathwork était encore méconnu en France. C'est Susan Oubari, gourou et coach spirituel américaine qui proposa ses séances pour la première fois. Depuis, ses cours qu’elle nomme « Breathe in Paris » sont offerts un peu partout dans la capitale et attirent de nombreux curieux. Progressivement, le nombre d’adeptes de cette pratique croît et de plus en plus de monde parle des séjours breathwork.

Même s’il est facile de les apparenter, un séjour breathwork n’est pas tout à fait pareil à un séjour bien-être. Il s’agit plutôt d’un stage servant à se ressourcer en pleine conscience. Pendant celui-ci les participants sont initiés à la méditation grâce au travail respiratoire. C’est une pratique qui comme le yoga apporte de nombreux bienfaits pour ses adeptes. Parmi les bénéfices les plus notables du breathwork, il y a la libération :

  • du stress,
  • des angoisses traumatiques et
  • des émotions.

Il faut noter également que c’est une discipline qui soulage l’anxiété et favorise une bonne oxygénation du corps. Toutefois, cette technique de respiration peut être très éprouvante pour le corps. Il est donc toujours préférable de se faire accompagner durant les séances. Cela limitera tout risque lié à sa pratique.

HDFever
Logo