‘L’enfant qui serait roi’ | Critique cinématographique

Rate this post

Résumé

Le film d’aventure familiale de Cornish peut être divertissant et est parfaitement produit, même s’il atterrit presque du mauvais côté de la clôture en termes de plaisir en se prenant un peu trop au sérieux.

Le dernier film de Joe Cornish est un retour aux films d’aventures familiales qui sont divertissants, drôles et transmettent un message sur l’importance de la famille avant tout. Il touche la plupart des zones idéales sans parler à son public ni l’abêtir, car il ne croit pas qu’il recevra le message à moins qu’il ne le frappe au visage. L’enfant qui voulait être roi utilise également les enfants comme personnage parent dans l’intrigue, enseignant à leurs substituts la vie au lieu de l’inverse.

Le film donne une tournure contemporaine à l’histoire classique du roi Arthur tirant l’épée Excalibur en le présentant comme un jeune héros Alex, joué par l’adorable Louis Ashbourne Serkis aux joues roses (oui, fils du grand Andy Serkis). Alex est un type noble qui résiste à quelques brutes (joué par Chez le docteur Foster TomTaylor et L’école de la scène Rhianna Dorris) qui étaient assis sur le dos de ses camarades de classe Bedder (le nouveau venu Dean Chaumoo), le narguant comme ils le font. Il se lie d’amitié avec lui et l’accompagne quand Alex tombe sur l’arme mythique qui va changer sa vie pour toujours. Mais d’abord, il unit son nouvel ami et les deux bourreaux pour garder l’épée, sauver le monde et revenir pour le dîner afin qu’ils puissent finir leurs devoirs.

L’une des intrigues secondaires les plus divertissantes du film est qu’Alex et sa compagnie reçoivent l’aide du personnage légendaire de Merlin. Le sorcier médiéval apparaît comme un petit nouveau à l’école en tant que « jeune » Merlin, joué par Celui de l’Archer Angus Imrie, qui peut alors se transformer en « vieux » Merlin (Patrick Stewart, se complaisant dans le rôle) et offre l’essentiel du relief comique du film. Merlin aide à les guider dans la bonne direction pour se dresser contre Morgana (Rebecca Ferguson), une hache de combat maléfique qui veut détruire Merlin, Arthur et à peu près tout Camelot.

L’enfant qui voulait être roi est bien fait, semble parfaitement produit et frappe les bonnes notes de la plupart des films d’aventure familiale. Les scènes d’action vont pour un junior Le Seigneur des Anneaux-sensation de type mais ont été édulcorées sans être trop graphiques pour son public cible. Tandis que L’enfant qui serait Roi vous séduit finalement avec ses intentions de retour rétro, les personnages enfants du film se prennent un peu trop au sérieux et ne sont pas autorisés à agir comme des enfants, même dans les séquences sans action. Cela peut donner l’impression que le film de Cornish est sur la clôture en ce qui concerne le plaisir, tombant presque du côté du terne. Pourtant, c’est un film où les parents devraient se sentir bien d’emmener leurs enfants.

Share :

Twitter
Telegram
WhatsApp

Rejoingez la Newsletter

Inscrivez vous à notre newsletter pour ere informé en temps réel des dernieres actu !