Récapitulatif de l’épisode 1 du Jour des morts – « La chose dans le trou »

Résumé

« The Thing in the Hole » n’inspire pas exactement beaucoup de confiance pour le reste de SyFy Le jour des mortsqui se déroule comme si des décennies de médias zombies ne s’étaient pas écoulées depuis l’original.

Ce récapitulatif de l’épisode 1 de Day of the Dead, « La chose dans le trou », contient des spoilers.


Il est impossible d’exagérer l’influence que le classique de 1985 de George A. Romero Le jour des morts a eu sur les médias contemporains. Mais en même temps, il est également impossible d’exagérer à quel point les zombies sont ennuyeux de nos jours, tout comme un concept général. Les mêmes tropes que Romero a lancés il y a toutes ces décennies n’ont pas vraiment évolué depuis lors, même si notre familiarité avec leur fonctionnement est devenue ancrée au niveau culturel. Nous savons comment cela fonctionne maintenant. Les morts se lèvent, vous devez détruire leur cerveau, se faire mordre est une mauvaise nouvelle, et ainsi de suite, et ainsi de suite. La nouvelle version de Syfy de Le jour des morts se déroule comme si aucune des années intermédiaires n’avait eu lieu.

Récapitulatif de l’épisode 1 du Jour des morts

C’est son premier problème, mais il y en a beaucoup d’autres, la plupart liés à la mauvaise qualité de la production, de l’écriture et des performances de la série. Une ouverture froide donne beaucoup. Pendant une seconde, j’ai pensé que je projetais accidentellement un épisode différent, plus tardif, qui pourrait me donner le contexte des gags mous et du drame supposé dont j’ai réalisé qu’au bout d’un moment était censé attirer mon attention. Certes, il présente la maire Paula Bowman (Miranda Frigon) et son fils Luke (Daniel Doheny), ainsi que la ville fictive de Mawinhaken, en Pennsylvanie, mais cela ne donne pas beaucoup d’indications sur ce que cette version de Le jour des morts essaie en fait d’être. Sérieux drame zombie ? Peu probable. Schlocky B-level gore fest ? Peut-être. Comédie carrément burlesque et/ou satire ? Il souhaite.

Cela pourrait fonctionner comme une ouverture fonctionnelle s’il avait plus de rapport avec ce qui suit, alors que nous revenons dans le temps pour rencontrer correctement les personnages et rien ne semble avoir de véritable relation formelle avec ce que nous venons de voir quelques instants auparavant. Et cela aggrave encore plus les premières impressions parce que vous réalisez à quel point le spectacle essayait de vous séduire en premier lieu. Est-ce qu’on a vraiment avoir besoin voir du sang et des tripes dès le saut pour savoir que nous regardons une émission de zombies ? L’arc de « The Thing in the Hole » en dehors de cette ouverture suit au moins une trajectoire logique et se construit jusqu’à une conclusion sanglante – cela aurait suffi comme introduction. La plupart d’entre nous ont une durée d’attention qui peut survivre à 40 minutes, après tout.

La chose dans le trou, soit dit en passant, ou du moins l’une des choses dans l’un des nombreux trous, est un cadavre masqué qui est découvert par Sarah Blackwood (Morgan Holmstrom) dans le cadre d’une – actualité ! – opération de fracturation. De toute évidence, son patron essaie de le dissimuler, ce qui fait partie du point satirique global de la marque, qui est l’idée que la plupart des vivants sont des monstres pires que les morts. Presque par définition, donc, tout le monde à Mawinhaken est égoïste et profondément antipathique. Paula est la politicienne carriériste standard dont le mari Trey (Christopher Russell) joue à l’extérieur, il y a une romance naissante entre Cam (Keenan Tracey) et l’assistante de pompes funèbres Lauren Howell (Natalie Malaika); Le père de Cam, McDermott (Mike Dopud) est le flic obligé. Ce sont des archétypes ennuyeux qui ne sont pas seulement mal conçus mais activement ennuyeux – que ce soit par conception ou non, et je suis prêt à admettre que certains aspects sont même si d’autres ne le sont pas, ce n’est pas vraiment propice à s’en soucier ce qui arrive à l’un d’eux.

Cela pourrait bien être le point aussi, puisque les idées de la série sur la politique et l’environnementalisme et autres sont évidemment profondément cyniques et caricaturales. Peut-être qu’assister à la chute de la ville et à la mort de tous ses habitants est censé être cathartique. Je pourrais soutenir l’idée. Mais les visuels plats, les dialogues plombés et la dépendance excessive à un méli-mélo de tropes rendent difficile l’achat du spectacle, même à ce niveau. La seule véritable grâce salvatrice est le gore, qui s’appuie sur un maquillage et des effets pratiques certes impressionnants. Après l’ouverture à froid, la plupart de ces choses sont coincées dans l’apogée, qui a un sens de l’amusement – ​​une chasse aux souffleurs de feuilles dans un cimetière et des funérailles qui prennent un tournant – qui manque au reste de la première. Peut-être que si les épisodes suivants se livrent à beaucoup plus de choses, nous aurons une conversation différente au fil des semaines.

Pour l’instant, cependant, les précédents antécédents de Syfy en matière d’émissions de genre à petit budget n’inspirent pas vraiment beaucoup de confiance, pas plus que l’essentiel de « The Thing in the Hole ».

Vous pouvez consulter l’épisode 1 de Day of the Dead, « The Thing in the Hole », exclusivement sur SyFy.

HDFever
Logo