Revue CODA – un plaisir cathartique pour la foule

Résumé

CODA est cathartique. Un film qui vous a mis une grosse boule dans la gorge tout en vous remontant le moral.

Cette critique du film Apple TV+ CODA ne contient pas de spoilers.

Je pourrais jaillir quelques douzaines de clichés de critiques de films sur le film de Sian Heder, CODA. Des phrases comme « C’est le film dont nous avons besoin en ce moment ! », « Saluons tous les pouvoirs de guérison de CODA ! » ou l’un de mes préférés, exagéré, qui fait rouler les yeux, « Un film qui peut changer les cœurs et les esprits », dans une faible tentative pour m’obtenir un devis sur une veste Blu-ray ou un YouTube de 30 secondes bande annonce. Je ne ferai pas ça ici. Non jamais. Oh, que diable. Je vais peut-être aller avec le dernier.

Ce que je dirai, c’est que CODA est cathartique. C’est l’un de ces films qui plaisent à la foule qui vous mettent une grosse boule dans la gorge tout en vous remontant le moral. Tout en prenant le genre coming of age sous un angle nouveau. Une vision du monde normalement ignorée par le cinéma et la télévision ? Pensez-y. Combien de films ou d’émissions avez-vous regardé qui ne sont pas des documentaires, où plus de la moitié des dialogues sont traduits en langue des signes ?

CODA étoiles Emilia Jones (Soufre) comme Ruby Rossi. C’est une senior de 17 ans qui s’endort fréquemment en classe en sentant l’eau salée et le vieux poisson. C’est parce qu’elle aide l’entreprise familiale de bateaux de pêche à l’aube, aux petites heures du matin, à Gloucester, dans le Massachusetts. Elle doit. Sinon, ils ne pourront pas maintenir leur entreprise de pêche à flot. C’est parce qu’elle est le seul membre de sa famille qui n’est pas sourd et qu’ils ne peuvent pas se permettre une aide supplémentaire pour un matelot entendant.

Sa mère, Jaclyn (la grande Marlee Matlin), dirige les livres. Son père, Frank (Troy Kotsur), est un grand verre d’eau avec une barbe glorieuse et un sens de l’humour méchant. Son frère, Léo (Vous‘s Daniel Durant), baise n’importe quelle fille qui lui jette un coup d’œil. Il tient cela de ses parents qui ont maintenu la libido déchaînée d’un adolescent jusqu’à la cinquantaine. Ils forment un groupe soudé, s’appuyant fortement sur Ruby pour relier le monde des entendants. À la consternation de Leo, ils utilisent fréquemment sa sœur à sa place pour aider à gérer l’entreprise.

Ce n’est pas quelque chose pour lequel Ruby s’est inscrite. Elle adore la musique mais ne peut même pas l’écouter avec des écouteurs parce que ses parents pensent que c’est impoli. Elle essaie de faire partie de la chorale de l’école mais n’a jamais chanté pour personne. C’est son truc préféré et chante souvent autour de la maison ou de la carrière locale où personne ne peut l’entendre. Son professeur (Comment être un amoureux du latin’s Eugenio Derbez), l’aide à sortir de sa coquille pour poursuivre sa passion. Lui donnant un petit sentiment d’espoir pour poursuivre ses rêves et avoir une vie en dehors de sa situation actuelle.

CODA est un acronyme désignant l’enfant d’un adulte sourd. Terme développé par Millie Brother car 90% des enfants nés de parents sourds ne sont ni sourds ni malentendants. L’importance de cela n’est peut-être pas évidente pour la plupart des Américains. Les enfants de deux parents sourds ressemblent à ceux des enfants d’immigrants de première génération qui comptent sur leurs enfants pour être leur agent de liaison, leur guide et leur interprète des sourds aux entendants.

Le film, écrit et réalisé par Heller (Tallulah, Briller), est fondé, mais drôle et doux. Ce n’est peut-être pas la représentation la plus précise d’un malentendant, mais elle ne laisse jamais cela entraver une bonne histoire. Son scénario reste fidèle aux thèmes du film tout en étant suffisamment divertissant pour faire passer le message du film, même s’il peut trop facilement nouer des arcs sur certaines intrigues secondaires. Surtout lorsqu’il s’agit d’opportunités de bourses d’études ou même d’avoir l’argent pour démarrer leur propre entreprise et rester à flot. Ce film est destiné à être « agréable à la foule », pas déprimant.

Le casting est juste parfait. Emilia Jones est juste phénoménale ici. C’est un garçon manqué avec une belle voix. Robuste, fort, résilient et sensible. Et félicitez les cinéastes d’avoir su à quel point il était important de jouer tous les rôles de la famille Rossi avec des acteurs sourds. Troy Kotsur donne une performance drôle et poignante en tant que patriarche de la famille Rossi. Livrer des lignes avec un timing comique immaculé, de ses envies sans vergogne d’être intime avec sa femme ou les scènes les plus tendres de toucher le cou de sa fille pour ressentir le pouvoir du cadeau dont sa fille a été bénie. C’est vraiment l’une des meilleures performances de l’année. J’aurai le cœur brisé s’il ne reçoit pas de nomination pour le meilleur acteur dans un second rôle.

Je dirai ceci à propos de CODA. Il fonctionne à deux niveaux. C’est un film destiné à changer les cœurs et les esprits (vous voyez, je l’ai fait). Ce n’est pas seulement un regard rafraîchissant sur une famille sourde, mais c’est aussi rarement regardé. Pensez au monde dans lequel nous vivons aujourd’hui. Les films en ont toujours été le reflet. La dernière décennie a été remplie de haine. La nécessité d’annoncer que nous fermerons nos frontières et renverrons les sans-papiers, car ce n’était pas leur maison, pour commencer. Ce que Heder a fait ici a pris un problème du monde réel et a trouvé un moyen de le communiquer à travers les yeux des familles sourdes non acceptées par leur communauté. Un groupe coupé du reste du monde. S’appuyer sur leurs enfants et sur un groupe soudé de personnes qui leur ressemblent.

CODA placé des visages blancs et utilisé une histoire de non-immigrants pour faire passer ce point saillant sur l’acceptation et l’intolérance.

HDFever
Logo