Revue Just Beyond – L’anthologie familiale de RL Stine est un sac mélangé

Résumé

Comme toutes les anthologies, Juste au-delà a ses hauts et ses bas, mais pour la plupart, c’est un examen significatif des thèmes YA avec un épisode vraiment remarquable.

Cette critique de Just Beyond est sans spoiler.


RL Stine est principalement connu pour Chaire de poule, mais l’auteur américain prolifique – qui a été surnommé « le Stephen King de la littérature pour enfants », un surnom étrange si vous savez quelque chose sur Stephen King – a imaginé des centaines de cauchemars aseptisés pour les jeunes lecteurs. Netflix est récent, étonnamment bon adaptation en trois parties de Rue de la peur était l’une des siennes, et la dernière série d’anthologies de Disney+ Juste au-delà en est une autre. Jouer comme une famille zone floue, ces huit contes paranormaux sont plutôt bien adaptés à la saison d’Halloween, même s’il n’y a pas beaucoup de frayeurs à trouver ici. Avec chaque épisode d’une durée d’environ 30 minutes, la plupart se terminant sur une torsion, et contenant pratiquement tous une leçon à peine voilée qui résonnera avec le public cible, il y a probablement quelque chose pour tout le monde ici, même si un seul épisode, le dernier, se tient vraiment en dehors.

Cela ne veut pas dire que les autres sont mauvais, juste moins mémorables. Tous partagent une qualité de base d’action et des effets visuels moyens, et la durée d’exécution d’une demi-heure laisse la plupart d’entre eux se sentir un peu compressés, mais il y a beaucoup de variété. «Leave Them Kids Alone» se déroule dans une école stricte pour filles «difficiles», où une militante en herbe se retrouve en désaccord avec le directeur; « Quelle sorcière? » est un drame de lycée avec une touche de surnaturel; et ainsi de suite. Les fondements moraux et sociaux sont parfois subtils, mais c’est bien pour le groupe démographique cible. Il vaut mieux que chaque épisode soit réellement sur quelque chose au-delà du superficiel, et je respecte le fait que la série fasse tout son possible pour s’assurer que tout le monde comprend ce qu’elle veut dire.

Certains épisodes, tels que « Unfiltered », sur une fille livresque corrompue par la promesse de la beauté, et « Standing Up For Yourself », une histoire par excellence sur un intimidateur qui obtient sa récompense, se sentent trop liés par des pièges familiers pour vraiment surprendre. Mais j’ai beaucoup aimé « Les parents viennent de Mars, les enfants viennent de Vénus » pour son ambiguïté et ses virages constants, tandis que « Mon monstre » tire définitivement le meilleur parti des images et des tropes d’horreur classiques. C’est le seul épisode qui pourrait être qualifié de véritablement effrayant, du moins pour la démo cible, mais il aboutit à une conclusion agréable et édifiante.

C’est le dernier épisode, « The Treehouse », qui vaut vraiment le prix d’entrée. C’est une étude puissante et extrêmement bien jouée sur le chagrin et la perte, avec une logique de bande dessinée fluide qui se transforme en un gain qui m’a laissé une véritable boule dans la gorge. Même si tous les autres épisodes étaient terribles (ce qui n’est pas le cas !), il serait difficile de ne pas recommander Juste au-delà sur la seule force de cette petite histoire.

Dans l’état actuel des choses, ce que Disney + a fourni ici est une passerelle vers le monde de la narration de genre comme un pont entre la réalité et la fiction; histoires comme une pierre de Rosette pour l’expérience humaine. C’est imparfait et incohérent, mais c’est aussi sincère et utile si vous êtes prêt à le rencontrer à mi-chemin.

Vous pouvez diffuser Just Beyond exclusivement sur Disney +.

HDFever
Logo