‘Shazam !’ Critique cinématographique

Résumé

Pense Grand se rencontre Le flash, Shazam est un film de bande dessinée divertissant du début à la fin qui n’oublie jamais le plaisir. C’est pratiquement irrésistible.

DC Comics a toujours eu sa base de fans fidèles, même les temps sombres des années Zack Snyder, dont la vision a aussi ses partisans (certains qualifient son travail de dynamique ; je le qualifierais de sur-stylisé, gonflé, et je dirais qu’il remplace le dialogue par des action au ralenti). Quiconque suit l’âge d’or de la trilogie Batman de Nolan sera victime d’attentes extrêmement élevées (je trouve cela comparable à l’époque où le film de fiction Boulevard de la Reinedans la série HBO Entourage, passe d’un film policier rugueux à une monstruosité criarde et fluorescente, mais je m’éloigne du sujet). Heureusement, après le pionnier Wonder Woman et un pas dans la bonne direction avec Aquaman, Shazam ! est un film de bande dessinée très divertissant qui n’oublie jamais le plaisir.

Le film commence par des flashbacks sur l’origine du Dr Thaddeus Sivana (le toujours bienvenu Mark Strong) dans son enfance, tourmenté par son frère aîné et abattu par son père abrasif. Il est ensuite transporté dans un autre royaume par un vieux sorcier nommé Shazam. Il est joué par Djimon Hounsou (l’acteur incontournable pour jouer les personnages de bandes dessinées). Il dit au jeune Sivana qu’il n’est pas pur de cœur. Plus tard, il a trouvé quelqu’un : un adolescent nommé Billy Batson (Asher Angel). L’enfant s’est échappé des dizaines de fois du système d’accueil à la recherche de sa mère. Shazam transfère ses pouvoirs à Billy parce qu’il a le bon maquillage. Il peut maintenant transmettre ses pouvoirs divins à la génération suivante. Il découvre bientôt qu’il peut se transformer en un adulte à part entière (joué par Zachary Levi). Comment? En criant « Shazam », bien sûr.

Shazam ! a été réalisé par David F. Sandberg. Il a dirigé le film d’horreur inventif Couvre-feu. Il montre un réel talent pour gérer un genre différent en gardant les choses légères, aérées et en offrant un plaisir constant, presque irrésistible (sans se tourner vers la vision plus sombre que DC a tant aimée cette décennie). Alors que la caméra de Sandberg capture certains des meilleurs morceaux de comédie physique du film, le scénario de Henry Gayden (De la terre à l’écho) permet d’éviter que le film ne soit trop complaisant. Certaines des lignes méchantes du personnage de Mark Strong feront tourner les yeux sans gâcher l’expérience. Les scènes avec la nouvelle famille d’accueil de Billy montrent qu’une famille est ce que vous en faites. Il est manipulé avec une touche habile sans être lourd. Il peut même parfois bouger.

Ensuite, il y a le toujours charmant Zachary Levi. Il a maintenant trouvé un rôle dans un film d’action en direct adapté à ses talents naturels. Probablement le meilleur depuis son rôle dans la série télévisée culte, Mandrin. Il a l’attrait et la sympathie d’un Tom Hanks (encore plus que son fils Colin). C’est une qualité que je décrirais comme « adorkable ». Il est parfaitement adapté pour ce rôle (note à Hollywood : je ne suis pas fan des remakes, mais un remake du classique de la comédie de Hanks Grand avec Levi est une idée slam-dunk en théorie).

Shazam ! est divertissant du début à la fin. Un film qui est presque l’enfant amoureux du classique de la comédie Grand et héros de bande dessinée The Flash. Il n’y a pas eu autant de plaisir dans un film de bande dessinée DC du 21e siècle depuis, eh bien, jamais. La fin est parfaite pour le ton du film, et j’espère qu’ils essaieront de garder la (possible) franchise de films séparée des autres films de l’univers DC pour l’instant, comme Dead Poolet créer son propre héritage avant de se diversifier.

HDFever
Logo