The Walking Dead saison 11, récapitulatif de l’épisode 6 – « À l’intérieur »

Résumé

« On the Inside » est un épisode en deux moitiés. L’une est une sortie essentiellement conventionnelle. L’autre est le meilleur que le spectacle ait été depuis des années.

Ce récapitulatif de la saison 11 de The Walking Dead, épisode 6, « On the Inside », contient des spoilers.


Dire Les morts qui marchentLa course de plus de dix ans a été incohérente serait le plus grand euphémisme que quiconque ait jamais fait à propos de quoi que ce soit. On peut en dire autant des spin-offs. Et nous ne parlons pas seulement de qualité. Pratiquement toutes les émissions jamais réalisées ont des épisodes qui sont nettement meilleurs ou pires que la plupart des autres. Mais Les morts qui marchent n’est même pas cohérent quant à son style, son ton ou parfois même son genre. A ce stade, un Buffy contre les vampires– épisode musical de style ne me choquerait même pas (et c’est dire que je devais juste chercher sur Google si oui ou non une telle chose s’était déjà produite.)

The Walking Dead saison 11, récapitulatif de l’épisode 6

« On the Inside » en est le meilleur exemple depuis des lustres. Comme épisode de la semaine dernière, il y a un peu trop de choses à faire à mon goût, avec deux scénarios principaux partageant le temps d’exécution mais se chevauchant légèrement avec deux autres. L’un de ces scénarios de base est… très bien. Mais l’autre est de la dynamite. C’est le meilleur – et le plus effrayant – qui Les morts qui marchent depuis des années, et ça sort absolument de nulle part. Même les aspects sous-jacents de sa construction sont un niveau au-dessus de ce que nous obtenons habituellement ; il est presque génial dans son utilisation du son et construit un horrible dédale de dangers dans ce qui ressemble déjà à une maison hantée de l’extérieur. Il est remarquablement interprété, tourné et monté. Cela ressemble presque à une séquence d’un spectacle différent.

Il y a des avantages et des inconvénients à cela – c’est extrêmement efficace, mais à tel point que cela rend la mission d’infiltration de Daryl parmi les Faucheurs un peu plus fastidieuse que d’habitude. Ce n’est pas la faute de Daryl, même si son rôle d’interrogateur ne lui convient pas. C’est plus un cas que les Reapers en tant qu’entité globale sont fades. Il n’y a pas de bizarrerie de bande dessinée à leur sujet. Pope est méchant et dangereux, mais tout le monde dans la série aussi ces jours-ci, même les gentils. Le seul vrai crochet pour le public est de savoir si Daryl peut ou non sauver Leah, que nous devons croire être en quelque sorte l’amour de sa vie bien qu’il ne l’ait rencontrée qu’une seule fois avant cette saison, en une seule sortie qui a lancé les épisodes bonus 10C. C’est correct, mais cela ne fonctionne tout simplement pas au niveau auquel le spectacle pense qu’il fonctionne.

L’angle des trucs de Reaper dans « On the Inside » est que Daryl doit prouver sa valeur à Pope, d’abord en torturant Frost, puis en conduisant Leah et Carver, sa meilleure amie manifestement amoureuse de sa meilleure amie, à la endroit qu’il crache après que Daryl ait retiré un de ses doigts. Les trucs de Frost sont bizarres. Il a deviné que Daryl essaie de jouer des deux côtés, mais il décide de tenir sous la torture aussi longtemps qu’il le peut, puis de révéler l’emplacement réel de la maison où Maggie, Negan et le père Gabriel se cachent. Après, Pope le tue quand même (bien que, peut-être de manière cruciale, après l’avoir interrogé plus hors écran et visiblement heureux de ce qu’il a appris). C’était évident pour moi et cela aurait dû être pour Frost, qu’il n’allait pas survivre à cette situation, alors pourquoi il a dénoncé le groupe est une énigme. C’est un excellent exemple d’écriture purement fonctionnelle, du genre qui essaie simplement de mettre les personnages en place. L’endroit – cette maison cachette jaune où Maggie et compagnie, grâce à Daryl qui les a prévenus, parviennent à se cacher dans une cave sous une trappe cachée sous un tapis – permet une séquence tendue. Mais c’est décevant de voir à quel point nous y sommes arrivés nus et naïvement.

La séquence se déroule ainsi : Daryl repère la trappe et la cache, puis tente de convaincre Leah et Carver de passer à autre chose sans en être évident, tandis que Carver le confronte continuellement au fait qu’il est méfiant et indigne de confiance. L’ironie, évidemment, est que Carver a raison, mais comme il n’y aurait pas beaucoup de drame dans cette intrigue si le statut d’agent double de Daryl n’était finalement pas découvert, cela n’a pas vraiment d’importance. Encore une fois, le crochet est la relation de Daryl avec Leah; il admet même dans cette conversation même qu’il ne se soucie que d’elle, et non du groupe auquel il a prêté allégeance. Je comprends où nous voulons en venir au niveau du personnage, mais je ne suis pas sûr que Leah soit suffisamment charismatique ou sympathique pour que cela fonctionne. Ses justifications pour être si servilement dévouée à ce groupe de personnes clairement affreuses ne tiennent pas beaucoup. Et, comme mentionné ci-dessus, nous la connaissons à peine.

Cela dit, je ne peux pas non plus dire que nous connaissions très bien Virgile, mais Les morts qui marchent saison 11, épisode 6 obtient un réel kilométrage de lui. Virgil, que j’ai dû consulter sur Google pour un rappel rapide, est le gars qui a emmené Michonne sur l’île de Bloodsworth dans l’épisode de la saison 10 « Ce que nous devenons »et il est arrivé à Oceanside en « Un certain destin », trouvant plus tard une Connie survivante après l’effondrement de la grotte. Il est toujours avec elle ici, et ils se réfugient dans une maison abandonnée, ce qui n’est jamais une bonne idée mais n’en est que rarement aussi mauvaise. Connie est épuisée après plusieurs jours sans sommeil et une rencontre claustrophobe proche de la mort, et Virgil est frustré car elle ne suivra pas ses conseils pour se reposer et il ne comprend pas l’ASL et ne peut donc pas communiquer correctement avec elle en dehors des notes écrites. Ce sont ces limitations, cependant, qui arrachent une véritable terreur à ce qui suit, surtout une fois que Connie est isolée et que nous sommes plongés dans sa perspective silencieuse.

La terreur dans «On the Inside» vient des survivants sauvages qui vivent à l’intérieur des murs de la maison, se précipitent à quatre pattes et croassent, «Hungry…» alors qu’ils poursuivent Connie et Virgil dans la maison. Une pièce d’ossements humains propres et cueillis suggère qu’ils se sont nourris de gens comme eux qui se sont promenés par inadvertance dans la maison mais qui ont depuis longtemps épuisé leur réserve de chair. L’épisode est prudent quant à l’introduction de ces créatures – pendant un moment, ce ne sont que des yeux jaunissants pressés contre des judas – jusqu’à ce qu’il n’en ait plus assez. Au moins deux séquences – la première introduction, alors que l’une poursuit Connie dans un couloir, et un peu plus tard, lorsque Connie en regarde une se faufiler derrière Virgil, et il la poignarde presque à travers le mur – se classent parmi les plus énervantes que la série ait jamais produit. Il n’y a pas non plus de véritable contexte ou d’explication pour tout cela. Je ne suis même pas tout à fait sûr que les sauvages aient un sens logique. Mais c’est tellement bien construit que rien de tout cela n’a d’importance. Connie et Virgil ont de beaux moments de caractère. Le plan d’évasion de Connie pour les couvrir de tripes de zombies et ouvrir les portes d’entrée de la maison afin que les marcheurs entrent en titubant et s’attaquent aux créatures est véritablement intelligent et efficace. Et quand ils sortent tous les deux et rencontrent Kelly et le reste de l’équipe de recherche d’Alexandrie, la réunion entre les sœurs, malgré le timing franchement ridicule fait pour la télévision, est vraiment touchante.

C’est facile de souhaiter Les morts qui marchent était ce bon tout le temps, mais je suppose que ce ne serait pas Les morts qui marchent si c’était.

HDFever
Logo