Galtro se transforme et devient Itzor

Le streaming comme beaucoup de secteurs a ses maîtres, et Galtro en fait partie. C’est d’abord sous l’appellation de Komiav puis de celle de Trozam que la célèbre plateforme de visionnage de film en ligne devenu Galtro, se faisait désigner. Il faut le souligner, le site est réputé pour la qualité de ses choix et pour le point d’honneur qu’il met à l’expérience utilisateur. Cependant, la Haute Autorité pour la Diffusion des Œuvres et la Protection des droits sur Internet (HADOPI) de concert avec d’autres instances judiciaires du même acabit, ne rendent pas la vie facile à la célèbre plateforme de streaming ainsi qu’à ses concurrents. C’est ce qui a fait naître entre-temps la dénomination de Galtro qui a par ailleurs changé aussi d’adresse.

Galtro s’impose comme une icône du streaming sans PUB

Le visionnage illégal de films est un concept qui existe depuis bien longtemps certes, mais Galtro le réinvente de manière à épargner au public tous les désavantages qu’on peut rencontrer dans ce secteur informel :

  • les publicités inopportunes et intempestives ;
  • les pop up avec leurs lots d’agacements et d’inconforts ;
  • les potentiels risques de se faire infecter par des virus ou d’héberger des malwares et bien d’autres inconvénients.

Jusqu’à ce que n’apparaissent les sites : Ooviv, Diagrim, Radego et aussi Trozam, cet enfer régnait. Avec Galtro, ce cauchemar qui était la routine des amateurs de visionnages frauduleux de films n’est plus d’actualité. Qu’est-ce qui a motivé Galtro à revoir sa copie ?

Les plateformes qui proposent le streaming frauduleux se sont vues imposer la droiture par l’avènement des sites de visionnages légaux de films. L’arrivée sur le marché du streaming de Netflix, d’OCS, d’Amazon Prime Video et tout récemment du géant Disney Plus, a bousculé les donnes en mettant la barre haute.

Galtro dans sa démarche, vise à faire de cette offre illégale, une qui garantit la sécurité avec un accès plus simplifié. L’expérience utilisateur est davantage rendue meilleure et absolument confortable. Les invasions d’informations et de pub sont désormais à la poubelle chez Galtro.

Lire aussi  Obtenez un premier aperçu du gameplay de Sonic Frontiers

Pour Galtro.com, ce qui reste primordial, c’est la satisfaction du visiteur. Les administrateurs du site travaillent quotidiennement à fournir beaucoup de contenu suffisamment varié. La plateforme connaît une mise à jour régulière et reste en phase avec les toutes nouvelles sorties de production.

Galtro fait les visiteurs accéder :

  • aux films fictions quels que soient leurs types ;
  • aux films documentaires ;
  • aux films anciens ;
  • aux spectacles, etc.

Tous ces programmes sont offerts en HD. La plateforme Galtro a mis le paquet pour que l’interface soit d’une clarté exemplaire. Le moteur de recherche est aussi quant à lui dans la même dynamique de faciliter l’UX. En outre, on remarque que si Galtro a le dessus sur ses challengers en matière de streaming, c’est aussi et surtout parce qu’il n’est point besoin de passer par l’épreuve de l’inscription avant d’accéder au visionnage.

Les difficultés de la justice à maîtriser le streaming illégal

Galtro

S’il est vrai que les juridictions finissent souvent par mettre en difficulté certains pratiquants du streaming illégal, la tâche ne leur est pas du tout aisée. Les administrateurs de sites de visionnages illégaux encourent des poursuites judiciaires et des peines souvent lourdes. Malgré tous ces risques, les plus entêtés d’entre ces administrateurs, trouvent toujours des stratagèmes pour pallier cet état de choses ; Galtro l’a démontré. Parmi ces échappatoires, changer de dénomination et se créer une nouvelle adresse paraissent les plus efficaces.

La justice malgré tous ces efforts à échafauder des plans pour mener à bien sa mission dans la traque des contrevenants, se trouve limitée. L’HADOPI aussi s’est vu contournée par Galtro.

Les plateformes illégales de streaming sont de plus en plus incalculables sur le web et cela rend le contrôle intenable. C’est la raison pour laquelle la justice s’acharne désespérément sur les plus grosses pointures pour essayer de dissuader les plus petits sites. Ainsi, les plateformes à très forte audience (Papystreaming ou encore DPStream) sont matraquées de façon draconienne.

Galtro se transforme et devient Itzor

La plateforme à forte audience ne s’appelait pas Galtro, comme vu au début de cet article ; les fans du site devront désormais s’habituer à la nouvelle appellation de leur site de streaming : Itzor. Comme on peut le comprendre, il s’agit toujours de Galtro avec son contenu et son interface. Les habitués du site ont eu la nouvelle par le biais des réseaux sociaux et aussi du bouche-à-oreille.

Lire aussi  Pizza, beignet, bretzel ? Le Fidough de Pokémon pourrait être n'importe quoi

La pratique du streaming sur le site de l’ex Galtro a donc continué tranquillement et dans la sérénité. Itzor, tout nouveau et tout ancien, demeure un site qui jusque-là, perdure et conserve son audience fournie qui grandit toujours d’ailleurs.

L’ex Galtro propose :

  • films d’action ;
  • biopic ;
  • films d’univers fantastique ;
  • drames ;
  • films d’arts martiaux ;
  • aventures ;
  • frissons, etc.

Tout l’univers cinématographique est offert par Itzor (ex Galtro). L’impressionnante vitesse de diffusion est intacte et les indésirables invasions de publicité n’ont plus jamais refait surface.

Le regard de la justice sur les férus de contenus illégaux

Séries, concerts, films, spectacles, documentaires… sont des œuvres protégés par des droits de propriété et de ce fait, les pirater est un manquement à la loi. Faire usage d’une œuvre piratée est tout aussi passible de sanctions sévères et il est important de le savoir en tant que mordus d’œuvres cinématographiques ou artistiques.

Il existe cependant 2 façons de s’exposer aux poursuites judiciaires en tant que consommateurs d’œuvres piratées. Il s’agit du streaming illégal et du téléchargement illégal. La 1re (l’usage de streaming illégal) est moins risquée pour le consommateur d’autant plus que le produit piraté n’est pas en sa possession.

Voilà pourquoi Galtro et ses concurrents sont la source à laquelle la justice s’attaque. Administrateurs et sites d’hébergement de contenus piratés, sont donc les bêtes à abattre.

Ceci dit, il n’y aura plus désormais que Galtro et ses challengers dans le collimateur de la justice, des dispositions se prennent activement par des juristes pour que les utilisateurs soient aussi inquiétés afin de faire baisser la pratique. Comment un tel défi est-il possible ?

Du moment qu’un site internet visité laisse toujours des preuves sur les disques d’un ordinateur, il sera toujours possible d’identifier les flâneries de l’internaute sur les sites illégaux. Pour le moment, Galtro poursuit l’aventure avec une autre identité : Itzor.

 

Vous pouvez aussi lire :

 

 

HDFever
Logo