Wawacity change d’adresse officielle pour résister à l’HADOPI

Les férus de films et de séries en téléchargement gratuit savent que Wawacity a été pendant un bon bout de temps, le site de direct download le plus sollicité des habitants de l’hexagone. Ce grand concurrent de Zone Téléchargement donne accès mensuellement à des millions de contenus frauduleux. Les sévices de Google et les mesures draconiennes des autorités de censure ont encore touché de plein fouet Wawacity qui s’est vu une énième fois obligé de jouer à la gymnastique habituelle : changer les paramètres de son identité. Les inconditionnels de la plateforme n’ont pas eu le temps d’être avertis du changement du nom de domaine. À quelle adresse rejoindre désormais Wawacity ?

Wawacity : ce qu’il faut savoir à son sujet

Mis en service depuis 2005, Wawacity est une plateforme de téléchargement direct. Les contraintes légales sont à l’origine de l’instabilité de son nom de domaine. Ainsi, on a connu :

  • com
  • ec
  • co
  • vip

Les toutes premières activités de la plateforme permettaient d’accéder à des logiciels pour mobiles, jeux vidéo, des e-books. Le site se comportait alors comme un forum d’échanges.

La Haute Autorité pour la Diffusion des Œuvres et la protection des Droits sur Internet (HADOPI), avait répertorié plus de 50 000 œuvres frauduleusement exploitées par le biais du piratage en 2015. Matraquée à coup de censures récurrentes et sévères, la plateforme Wawacity n’a pas eu d’autres alternatives que de se déloger sans cesse ; cela a eu pour conséquence un amoindrissement drastique du répertoire du site de téléchargement direct.

Qu’est devenu Wawacity en termes de performance ? La plateforme a tellement régressé qu’elle a perdu de sa superbe d’il y a 6 ou 7 ans. À l’instar de Extrême Download, et même de Zone-annuaire, le site n’est plus qu’un lieu classique de consultation de liens de téléchargement.

Bien que Wawacity ait autant connu de baisse de forme, les données qui proviennent d’Alexa (l’assistant virtuel mis au point par Amazone) font état de ce que la plateforme continue de drainer des dizaines de milliers d’utilisateurs et de visiteurs tous les mois, via sa toute nouvelle adresse.

Quelle est l’actuelle adresse de Wawacity ?

Tomber sur la toute nouvelle adresse de Wawacity se fait via une petite gymnastique. En effet, il existe désormais une profusion de clones sur la toile qui rendent le repérage de Wawacity un peu perturbant. Parmi ces clones, on peut distinguer Wawacity.oneline qui chamboule les recherches. Ceci dit, Wawacity a pu mettre en place un palliatif efficace à cette perturbation.

Lire aussi  Les meilleurs jeux Roblox

Les récents noms de domaines adoptés, Wawacity.ninja ainsi que Wawacity.vip permettent une redirection ; ces adresses redirigent en effet sur la nouvelle adresse qui est Wawacity.tv. Là, on est sans ambages sur l’originale plateforme Wawacity.

Les administrateurs du site sont toujours les mêmes et Wawacity offre toujours :

  • de bonnes sonorités musicales en mp3 ;
  • des e-books ;
  • des jeux vidéo, etc.

On peut toujours télécharger sur Wawacity, des séries télévisées ainsi que des films. Sont encore disponibles : Star Wars 9, Bad boys for Life, et même Westworld (saison 3).

À propos du téléchargement d’œuvres piratées : les dispositions de la loi

Wawacity

Le téléchargement d’œuvres piratées met en jeu le fournisseur du contenu frauduleux et le consommateur de ce dernier. Tous les 2 sont fautifs aux yeux de la loi.

Les fournisseurs de piratages

Beaucoup de personnes se demandent si télécharger des œuvres piratées va à l’encontre de la loi. Aussi vrai que consommer un article volé tout en sachant qu’il est volé est un vol, télécharger des œuvres qu’on sait protégés et piratés, est un manquement à la loi. Wawacity est clairement dans l’illégalité et fonctionne donc frauduleusement bien que la plateforme ne vende pas le contenu qu’il obtient par piratage.

En effet, livres, films, musiques, jeux… sont des propriétés protégées. Des droits d’auteur existent justement pour éviter que n’importe qui se serve du travail d’autrui illégalement. De ce point de vue, les activités de Wawacity sont clairement passibles de poursuites judiciaires, et c’est bien à cela que s’attellent l’HADOPI (Haute Autorité pour la Diffusion des Œuvres et la protection des Droits sur Internet) et les instances compétentes en la matière.

Les résultats de la veille constante de ces instances de répression sont d’ailleurs quelque peu visibles avec les changements tous azimuts d’adresses auxquels s’adonne la plateforme Wawacity. Le phénomène est si alarmant, que les fournisseurs d’accès Internet et les moteurs de recherche comme Google s’associent pour participer à la chasse aux pirates.

Lire aussi  Destroy All Humans 2 – La précommande reprobable commence aujourd'hui

Les consommateurs de piratages

Faire usage du type de contenus offerts par Wawacity, est défendu par la loi. On ne le sait pas souvent, mais on peut acquérir légalement un disque physique et se rendre pourtant coupable d’utilisation de contenus piratés. Comment ?

Lorsque l’on a acquis un disque original Blue Ray d’une vedette de la chanson qu’on aime en payant en bonne et due forme, il peut arriver que l’on veuille avoir le contenu du disque sur son téléphone, sur sa tablette, sur son ordinateur, etc. Pour ce faire, certains n’hésiteront pas à recourir à la plateforme Wawacity afin de copier l’œuvre sur tous les appareils qu’ils possèdent. On peut penser en avoir le droit, pour avoir acheté l’original, mais ce n’est absolument pas juste du point de vue de la loi.

En réalité, ce procédé de copiage est de la contrefaçon et est de facto condamnable ; la loi dit clairement en effet, que détenir une copie non-originale est illicite, même si l’on est en possession de l’œuvre légalement acquise. Quelqu’un a-t-il concrètement été inquiété pour avoir fait des téléchargements de contenus frauduleux sur des sites comme Wawacity ? Non, mais…

Des travaux juridiques sont en cours

On se demande bien souvent comment les usagers de sites comme Wawacity et consort, peuvent-ils être contrôlés s’il est déjà si difficile de maîtriser les principaux contrevenants que sont les plateformes de téléchargement illégal.

Oui, les sites illégaux essaient de trouver des échappatoires et s’en sortent tant bien que mal, mais le site Wawacity peut bien témoigner de ce que cette traque l’a bien amoindri. Qu’en est-il de l’utilisateur qui se rend coupable de ces usages ?

Les juristes autorisés, travaillent activement de concert avec des techniciens et développeurs pour trouver la manière de repérer les consommateurs frauduleux en retraçant à partir de leurs disques durs, les sites de type Wawacity qui sont visités.

Même si la tâche s’annonce difficile, elle saura être concluante à coup de persévérance, vu que les sites visités laissent des indices sur les disques durs d’ordinateurs.

 

Vous pouvez aussi lire :

HDFever
Logo